Accueil du site > SOCIÉTÉ ASIATIQUE > Séances, Colloques & Conférences > Communications par contributeur

Vasundhara FILLIOZAT

Communications :

Madame Vasundhara FILLIOZAT
a présenté les communications suivantes lors des séances du Vendredi :

Séance du 21 Avril 2017

« Vṛkṣāyurveda, Cāvuṇḍarya. « La médecine des arbres du ministre Cāvuṇḍarāya, 1025 CE ».

Autrefois, chaque agglomération avait au moins un bassin bordé d’arbres et un temple. Hélas ! Avec la modernisation on est en train de perdre cette tradition. Au XVIe siècle le ministre, musicologue et architecte, Rāmayamātya, a fait construire à Timmalāpura, non loin de Hampi, quatre temples et y a fait creuser seize bassins, planter des arbres, puis a administré un upanayana « consécration brahmanique » à ces arbres, pour qu’on ne les coupe pas. Comment doit-on planter les arbres, en prendre soin ? Il faut lire le chapitre sur Le Vṛkṣāyurveda dans le Lokopakāra du ministre Cāvuṃḍarāya, ministre du roi Jayasiṃha de la deuxième dynastie Cālukya. L’auteur donne la date à laquelle il a achevé son ouvrage. Les données qu’il indique correspondent à 1025 ap. J.-C.
Le Lokopakāra « La bienfaisance du monde  » est un ouvrage encyclopédique en Kannaḍa. Il ne faut pas confondre ce Cāvuṃḍarāya avec l’auteur de l’installation d’une statue gigantesque de Gommaṭeśvara à Shravanabelagola vers 985 ap. J.-C., au Karnataka. Tous les deux étaient des ministres de différents rois de dynasties et d’époques différentes.
Le Vṛkṣāyurveda est le sixième des douze chapitres du Lokopakāra. Ce que l’auteur dit est vrai, parce que le soin des arbres est très bénéfique aux êtres vivants sur terre. Il commence
le chapitre avec la préparation de la terre, les différents engrais à mettre et les plus propices avant de planter, les soins des jeunes pousses etc. Bien que les arbres soient des végétaux l’auteur préconise un engrais fait de la viande et de sang d’animaux et de poissons. On peut obtenir des fruits toute l’année en nourrissant les arbres aves ce genre d’engrais et différentes sortes de viande, excréments, urines d’animaux, dont des invertébrés. Il dit encore comment on peut obtenir deux sortes de fruits sur le même arbre en greffant la graine dès le moment de la semence.


© 2020/02 - Textes et conception des pages Société Asiatique : Georges-Marie CHATELAIN – tous droits réservés.
Pour toute demande de modification ou renseignement :
Envoyer un courriel à Georges-Marie Chatelain



imprimer


Site réalisé avec SPIP 2.1.10 + AHUNTSIC