Accueil du site > SOCIÉTÉ ASIATIQUE > Séances, Colloques & Conférences > Communications par contributeur

Jean-Pascal BASSINO

Communications :

Monsieur Jean-Pascal BASSINO, Professeur d’économie à l’Ecole Normale Supérieure de Lyon, chercheur à l’Institut d’Asie Orientale (UMR CNRS 5062).
a présenté les communications suivantes lors des séances du Vendredi :

Séance du 6 Avril 2018

« Une première sortie de la pauvreté dans le Japon pré-moderne : l’évolution des salaires urbains de 1390 à 1897 ».

Dans quelle mesure le Japon était-il pauvre avant la période Tokugawa (1603-1868) ? Les missionnaires jésuites, qui furent parmi les premiers visiteurs européens au milieu du XVIéme siècle, ont décrit le pays comme l’un des plus pauvres d’Asie, ce qui suggère que le niveau de vie était plus faible au Japon que dans les zones côtières de Chine, d’Asie du Sud-Est, d’Inde ou du Levant.
Partant de cette observation, nous nous proposons d’étudier l’évolution de long terme du niveau de vie japonais, de la fin du XIVéme à la fin du XIXéme siècle, pour les travailleurs urbains qualifiés et non qualifiés. Nous construisons de nouvelles séries salariales pour
1390-1740, les relions avec des séries disponibles à partir du milieu du XVIIéme siècle, et calculons le prix de deux types de paniers de biens pour les années de référence 1550, 1620, 1850 et 1890. Il apparaît que les salaires des travailleurs non qualifiés ont connu une hausse régulière entre le milieu du XVéme et le milieu du XVIéme siècle, à partir d’un niveau extrêmement bas. L’explication la plus plausible est que cela a résulté de l’augmentation de la productivité du travail dans l’agriculture. Une réduction drastique de la prime de qualification est ensuite observée entre le milieu du XVIéme et la fin du XIXéme siècle, mais la baisse des salaires des travailleurs qualifiés, mesurée en kilogrammes de riz, a été largement compensée par les changements dans les prix relatifs. Les salaires réels non qualifiés sont restés stables au cours de la même période. Notre interprétation est que la diffusion des compétences a conduit à un processus de croissance smithienne associée à une contraction des inégalités de revenus qui s’est accélérée dans la seconde moitié de la période Tokugawa.
Cette communication trouve son origine dans des travaux réalisés en collaboration avec Kyoji Fukao, Institute of Economic Research, Hitotsubashi University et Masanori Takashima, Institute of Social Science, University of Tokyo.


© 2020/02 - Textes et conception des pages Société Asiatique : Georges-Marie CHATELAIN – tous droits réservés.
Pour toute demande de modification ou renseignement :
Envoyer un courriel à Georges-Marie Chatelain



imprimer


Site réalisé avec SPIP 2.1.10 + AHUNTSIC