Accueil du site > SOCIÉTÉ ASIATIQUE > Séances, Colloques & Conférences > Communications par contributeur

Isabelle KLOCK-FONTANILLE

Communications :

Madame Isabelle KLOCK-FONTANILLE , professeur à l’Université de Limoges et membre senior de l’Institut Universitaire de France,
a présenté les communications suivantes lors des séances du Vendredi :

Séance du 16 décembre 2011

« La langue Hattie : Etat de la question et perspectives nouvelles »

Le hatti est la langue qui a précédé le hittite (langue indo-européenne) en Anatolie centrale. C’est le substrat de ce dernier. C’est une langue de type agglutinant qu’on ne peut rattacher à aucune famille linguistique connue. Les utilisateurs de cette langue étaient les Hattis, porteurs de la culture de l’Anatolie centrale au 3ème millénaire avant J.-C. A la fin du 3ème millénaire, des éléments proto-indo-européens s’infiltraient dans la péninsule, s’intégraient dans la société hattie et assimilaient leur langue, qui a fini par disparaître. Le hittite est devenu la langue officielle du nouveau royaume et le hatti est alors devenu une langue morte, reléguée au rôle de langue liturgique.
Mais, plus tard, les scribes hittites ont transcrit/noté en cunéiforme des textes rituels, des mythes, des prières, etc. – des textes appartenant tous à la sphère religieuse. Donc, le hatti ne nous est connu que par la tradition scribale hittite tardive, soit sous la forme d’insertion dans les textes hittites, soit sous la forme de bilingues.
Le hatti est un cas intéressant à plusieurs niveaux (i) c’est une langue qui a disparu, sans descendance, mais qui, grâce à une volonté politique, a en même temps le statut de langue morte (et donc nous est –partiellement- parvenue) ; (ii) les scribes qui ont transcrit les textes ne comprenaient plus (bien) le hatti et l’ont donc transcrit à l’aune de leur propre système d’écriture et de langue ; (iii) la langue hattie a disparu, mais elle a influencé la langue hittite ; (iv) le chercheur moderne n’a que ces textes notés souvent approximativement et ces traces dans la langue hittite pour reconstituer la langue hattie.
L’exposé était accompagné d’une projection d’images.


© 2020/02 - Textes et conception des pages Société Asiatique : Georges-Marie CHATELAIN – tous droits réservés.
Pour toute demande de modification ou renseignement envoyer un courriel à : Georges-Marie Chatelain



imprimer


Site réalisé avec SPIP 2.1.10 + AHUNTSIC