Accueil du site > SOCIÉTÉ ASIATIQUE > Séances, Colloques & Conférences > Communications par contributeur

Déjanirah COUTO

Communications :

Mme Déjanirah COUTO, Maitre de conférences (HDR) à l’EPHE, section des sciences historiques et philologiques,
a présenté les communications suivantes lors des séances du Vendredi :

Séance du 20 mai 2016

« Expansion de la diplomatie et conséquences pour l’Etat : interprètes et ambassades portugaises en Asie du Sud-Est au XVIème siècle ».

L’empire portugais en Asie au XVIe siècle a été défini par L.F. Thomaz, (1985) comme un réseau multipolaire, “fondé sur un système socio-économique hybride, mi-libéral, mi-étatique, mi-redistributif, mi-marchand”. Largement dépendant des dynamiques régionales et locales, le réseau trouva sa légitimation dans la circulation des hommes et des marchandises, des langues et des informations ; la notion de frontière y fut d’importance capitale. La pérennité d’une telle configuration et la fabrication du politique reposèrent essentiellement sur des groupes de pouvoir, détenteurs de l’information acheminée à travers des espaces géographiquement discontinus, culturellement et politiquement hétérogènes. Dans cette immense zone de frontière, la structure clanique de la classe dirigeante portugaise en Asie s’y épanouit, favorisa le développement d’une marginalité puissante (parfois issue de cette même classe), décidée à enfreindre le monopole de l’Etat. Investi de la puissance que la maîtrise des langues lui conféra, l’interprète (lingoa), demeure l’une des figures emblématiques de l’empire-réseau portugais en Asie. Il garantit le succès de son expansion diplomatique mais il en subvertit parfois les initiatives de certaines sections du réseau, avec des conséquences inattendues pour la Couronne. En raison de l’incapacité d’ « imposer le Portugais comme seule code de communication dans les espaces impériaux », la capacité de l’interprète à maîtriser les langues vernaculaires détermine l’issue des relations diplomatiques. La présente communication examine la contribution de ce véritable « seigneur du monde flottant » à la diplomatie du jeune empire et son rôle dans la tendance anarchisante au sein de ce dernier dans le golfe du Bengale, devenu après 1517 le « lieu géométrique par excellence des situations troubles ».


© 2020/02 - Textes et conception des pages Société Asiatique : Georges-Marie CHATELAIN – tous droits réservés.
Pour toute demande de modification ou renseignement :
Envoyer un courriel à Georges-Marie Chatelain



imprimer


Site réalisé avec SPIP 2.1.10 + AHUNTSIC