Accueil du site > SOCIÉTÉ ASIATIQUE > Séances, Colloques & Conférences > Communications par contributeur

Christophe NICOLLE

Communications :

M. Christophe NICOLLE, chercheur au CNRS, archéologue du Proche-Orient pré-classique
a présenté les communications suivantes lors des séances du Vendredi :

Séance du 16 janvier 2015

« Derniers résultats des fouilles de Tell Mohammad Diyab (Djezireh syrienne) à l’époque amorrite »

Ces trente dernières années, la Djézireh syrienne est devenue une des zones de recherches privilégiées pour l’archéologie mésopotamienne avec des travaux principalement axés sur l’urbanisation qui transforme la société du IIIe millénaire. La fouille de Tell Mohammed Diyab a été entreprise à la fin des années 80 dans la perspective d’étudier une période largement délaissée et pourtant très intéressante celle de la première moitié du IIe millénaire ou « période amorrite » qui correspond à la réoccupation de la région, par des populations de différentes origines, après son abandon dans le dernier tiers du IIIe millénaire. Par sa dimension régionale et sa proximité de Shubat Enlil, une grande capitale politique de l’époque, Tell Mohammed Diyab fournit d’intéressantes informations sur cette réoccupation et les éléments de la nouvelle culture matérielle qui l’accompagnent, que cela soit dans la production d’une nouvelle céramique peinte (la céramique du Khabur) ou l’émergence de nouvelles pratiques urbaines. Elle révèle aussi ce que l’on pourrait appeler « une confusion des temps » dans les explications traditionnellement avancées pour cette réoccupation, à savoir le temps archéologique marqué par l’évolution de la céramique, le temps humain que l’on identifie dans les rythmes de peuplement et d’occupation et le temps historique ou évènementiel, composé d’une suite de faits ponctuels, qui est particulièrement fragmenté et changeant. Pour bien comprendre cette revivification régionale, il convient de l’aborder dans une autre dimension spatio-temporelle : celle de la formation d’une nouvelle culture régionale. Cette notion constitue une trame commune permettant d’organiser puis de confronter de manière convergente les différentes informations éparses et de pallier ainsi une vacuité interprétative existante. La présentation des différentes occupations identifiées à Tell Mohammed Diyab durant cette période permet selon cette méthode d’assoir la base d’une première périodisation chrono-culturelle régionale sur une durée d’environ 450 ans.


© 2020/02 - Textes et conception des pages Société Asiatique : Georges-Marie CHATELAIN – tous droits réservés.
Pour toute demande de modification ou renseignement envoyer un courriel à :
Georges-Marie Chatelain



imprimer


Site réalisé avec SPIP 2.1.10 + AHUNTSIC