Accueil du site > SOCIÉTÉ ASIATIQUE > Séances, Colloques & Conférences > Communications par contributeur

Alain Thote

Communications :

Monsieur Alain Thote, directeur d’études émérite, EPHE-PSL, membre de l’Institut,
a présenté les communications suivantes lors des séances du Vendredi :

Séance du 17 Janvier 2020

« « Aux marges du monde chinois peu avant l’avènement de l’empire — A propos de découvertes récentes dans la province du Gansu (3e s. av. J.-C.) ».

Depuis le début des années 2000, des découvertes surprenantes se sont succédé dans la partie orientale de la province du Gansu à Majiayuan et Liuping, à proximité de la province du Shaanxi. Il s’agit de tombes dont les propriétaires ont été identifiés comme des Rong de l’Ouest (Xi Rong 西戎). Aux 4e-3e s. avant notre ère, ce peuple vivait à la périphérie du royaume de Qin, qui allait conquérir toute la partie orientale de la Chine d’aujourd’hui et dont le souverain deviendrait le Premier Empereur, en 221 avant notre ère. Pour la plupart, les tombes appartenaient à une petite élite possédant d’immenses richesses tirées des échanges que les Xi Rong avaient noués avec le royaume de Qin et avec l’Asie centrale. Elles sont constituées d’une fosse dont une paroi est taillée en gradins. La chambre funéraire est creusée latéralement. Au fond de la fosse se trouvaient un ou plusieurs chars d’apparat ornés de plaques en argent et en or, ajourées ou découpées. Certaines plaques faites localement présentent des formes et figurent des thèmes caractéristiques de l’art animalier des steppes (bouquetins, cervidés, sangliers, quadrupèdes ailés, combats d’animaux, etc.). D’autres pièces de mobilier ont été produites dans des ateliers chinois (laques, vases rituels en bronze, armes, plaques en or et en bronze), parfois même exécutées, sans doute sur commande, pour les Xi Rong. Enfin, quelques objets de parure pourraient provenir de l’Orient hellénistique. L’ensemble hétérogène que constitue le mobilier funéraire, aussi bien du point de vue du style que des techniques très élaborées mises à contribution, atteste l’existence de liens avec des régions lointaines et d’un vaste réseau d’échanges au centre duquel se trouvaient les Xi Rong. La communication aura pour objet de présenter, d’analyser et d’interpréter ces découvertes qui annoncent la forme des échanges sous les Han (206 av. notre ère – 220 de notre ère) par la Route de la Soie.


© 2020 - Textes et conception des pages Société Asiatique : Georges-Marie CHATELAIN – tous droits réservés.
Pour toute demande de modification ou renseignement envoyer un courriel à :
Georges-Marie Chatelain



imprimer


Site réalisé avec SPIP 2.1.10 + AHUNTSIC