Accueil du site > Séances et Manifestations > Les séances du vendredi > Séances 2021 > Juin 2021

Séance du 25 juin 2021

Séance dédiée à la mémoire d’Édouard CHAVANNES (1865-AIBL 1903-1918)

– Communication de M. Jean-Pierre Drège, directeur d’études à l’École pratique des hautes études, sous le patronage de M. Alain THOTE : « Édouard Chavannes épigraphiste ».

Résumé : Edouard Chavannes (1865-1918), que l’on a dénommé le « premier sinologue de son temps », n’a pas été seulement un historien du monde chinois, mais également le plus éminent spécialiste occidental des sources épigraphiques chinoises, en portant l’épigraphie au rang d’une discipline essentielle. L’abondance en Chine des écrits et des images gravés sur diverses sortes de supports, la pierre, mais également le métal, le bois, voire les écailles de tortue et les os de bovidés, n’a probablement rien de comparable avec la place que ces documents occupent en Occident. Toute commémoration, tout écrit funéraire fait en Chine impériale l’objet d’une inscription gravée et tout écrit, toute image gravée ou incisée sur la pierre et d’autres supports est très souvent reproduit sur papier par le procédé de l’estampage encré pour être acquis par nombre de lettrés collectionneurs au même titre que les livres. L’œuvre d’Edouard Chavannes, évoquée ici, témoigne de l’importance des études chinoises dans le domaine de l’épigraphie.

Mots clés : Chine, épigraphie, estampages, sinologie.

Abstract : Edouard Chavannes (1865-1918), who has been called « premier sinologue de son temps », was not only a historian of the Chinese world, but also the most eminent Western specialist of Chinese epigraphic sources, bringing epigraphy to the rank of an essential discipline. The abundance in China of writings and images engraved on stone, metal, wood as well as shell and bones is probably not comparable with the place these documents occupy in the West. Every commemoration, every funerary writing is in imperial China the object of an engraved inscription and every writing, every image engraved or incised on stone and other supports is very often reproduced on paper by the process of rubbings in order to be acquired by a number of scholars in the same way as books. The work of Edouard Chavannes evoked here bears witness to the importance of Chinese epigraphic studies.

Keywords : China, epigraphy, rubbings, sinology.

– Communication de M. Alain THOTE, membre de l’AIBL : « Édouard Chavannes (1865-1918) : une première approche scientifique de l’art chinois ».

Résumé : Disparu prématurément dans sa cinquante-troisième année, Edouard Chavannes (1865-1918) est reconnu comme le fondateur de la sinologie moderne. En bien des points il se révéla un novateur, et son œuvre, tout comme sa vie de savant, est toujours considérée comme un modèle. Il fut le premier Occidental à se rendre en Chine dans un but uniquement scientifique. Ce contact avec le pays lui permit de découvrir plusieurs aspects de la civilisation chinoise que ses prédécesseurs, hormis les jésuites, ne pouvaient qu’ignorer, étant restés en Europe. Dans le foisonnement des thèmes abordés durant sa très dense carrière, sa contribution à la connaissance de l’art chinois en Occident reste marginale, car le savant s’est davantage illustré dans les domaines de l’histoire, de la littérature et de la religion chinoises. Cependant, cette contribution est demeurée jusqu’à nos jours une référence. Dans la communication, on évoquera en particulier le cas d’un site célèbre où se trouvaient des chambres d’offrande du IIe siècle de notre ère. Les dalles gravées avec lesquelles ces chapelles funéraires étaient construites portent sur leurs parois un programme iconographique d’une extrême richesse. Chavannes fut le premier en Occident à les photographier, à relever leurs inscriptions, à en donner une description précise grâce à des estampages et à en faire une analyse très détaillée qu’il publia sous deux formes différentes en 1893 et en 1909-1915. On verra de quelle manière son étude a inspiré les chercheurs par la suite.

Mots clés : Édouard Chavannes, Chine, épigraphie, estampages, sinologie, Wu Liang ci

Abstract : Édouard Chavannes (1865-1918), who died prematurely in his fifty-third year, is recognized as the founder of modern sinology. In many respects he was an innovator, and his work, like his life as a scholar, is still regarded as a model. He was the first Westerner to visit China for purely scientific purposes. This contact with the country enabled him to discover several aspects of Chinese civilization that his predecessors, apart from the Jesuits, had studied from Europe and could only ignore. In the abundance of topics addressed during his very dense career, his contribution to the knowledge of Chinese art in the West remains marginal in his work, as the scholar was more distinguished in the fields of Chinese history, literature, and religion. However, this contribution has remained a reference to this day. In the presentation, we will evoke the case of a famous site where there were offering chambers of the second century CE. The engraved slabs with which these funerary chapels were built bear an extremely rich iconographic program on their walls. Chavannes was the first in the West to photograph them, to record their inscriptions, to give a precise description based on rubbings and to make a detailed analysis of their content which he published in two different forms, in 1893 and in 1909-1915. We will see how his study inspired later scholars.

Keywords : Édouard Chavannes, China, epigraphy, rubbings, sinology, Wu Liang ci



imprimer


Site réalisé avec SPIP 2.1.10 + AHUNTSIC