Accueil du site > Séances et Manifestations > Les séances du vendredi > Séances 2019 > Octobre 2019

Séance du 4 octobre 2019

– Note d’information de Mme Marie Feyel, chercheur associé au laboratoire HISCANT-MA (Université de Lorraine), et M. Christophe Feyel, professeur à l’Université de Lorraine, sous le patronage de M. Olivier PICARD : « L’Index des Inscriptions de Délos, section des verba potiora. »

Résumé : Souvent envisagée, la rédaction d’un index des verba potiora relevés dans les inscriptions de Délos est aujourd’hui en cours de réalisation. Elle tient compte des spécificités du corpus des inscriptions déliennes, et vise à offrir au lecteur, pour chaque terme attesté, un certain nombre de données essentielles — les différents sens possibles, la fréquence du terme période par période, l’importance de la famille de mots auquel il se rattache, la spécificité éventuelle de ce mot à Délos par rapport aux usages linguistiques du reste du monde grec. Cette étude d’ensemble permet dès à présent de dégager un certain nombre de conclusions relatives aux particularités du vocabulaire délien.

– Communication de Mme Donatella Coppini, professeur à l’Université de Florence, sous le patronage de M. Pierre LAURENS : « Le charme cultivé d’une poésie d’imitation : la production latine des humanistes. »

Résumé : La littérature classique offre aux humanistes non seulement des modèles littéraires, mais aussi des modèles culturels, politiques et moraux : en ce sens, l’imitation humaniste a des fondements idéologiques. La littérature classique est la meilleure littérature possible. Les humanistes y trouvent également un modèle de classicisme pour leur classicisme ‘exaspéré’. Cela implique que la culture littéraire d’un auteur devient évidente dans sa production, que des textes sont créés à partir d’autres textes, dans un système littéraire fermé, dans lequel les relations endogènes, diachroniques agissent avec plus de force que les référents extra-littéraires, synchroniques. Cette intertextualité globale est inhérente à l’écriture et l’invention poétique consiste également à choisir et à réélaborer des loci et des topoi. Cependant, la relation intime des humanistes avec l’héritage littéraire de la tradition classique repose sur une raison supplémentaire puissante : les humanistes écrivent dans une langue qu’ils ne parlent pas (normalement), qu’ils ne trouvent pas dans la nature, qui est exclue de l’apprentissage mimétique infantile et du lien avec le racines psychiques de l’inconscient. Nous nous trouvons donc face à une forme particulière de ‘diglossie’. La pédagogie humaniste prévoit un apprentissage que l’on peut définir comme ‘textualisé’ plutôt que ‘grammaticalisé’ : les humanistes reproduisent ainsi, dans leur écriture, les méthodes mimétiques d’apprentissage d’une langue maternelle, mais avec une dénaturation importante : au lieu de la langue, comme système linguistique nous avons une littérature, dont les humanistes tirent leurs mots : non pas en superposant à leur vocabulaire une grille de régulation grammaticale, mais en reproduisant des liens linguistiques, des cadences, des hémistices, des vers entiers - capables de traîner des significations parfois même divergentes du contexte culturel d’arrivée, ou inversement d’être soigneusement resémantisés pour exprimer de différentes réalités et valeurs. Dans tous les cas des processus de variation se superposent à un substrat substantiellement et nécessairement imitatif : ils constituent un code poétique propre à la poésie humaniste et se concrétisent dans un produit littéraire pouvant être lu à plusieurs niveaux, qui trouve toutefois son public idéal dans un lecteur semblable et frère de l’auteur, capable d’établir avec lui une relation de complicité et de tirer de la lecture d’un texte le plaisir supplémentaire de la reconnaissance des allusions littéraires. Les différents aspects de la question seront documentés par des exemples.

Abstract : Classical literature offers to the humanists not only literary, but also cultural, political and moral models : in this sense humanistic imitation has ideological foundations. Classical literature is the best possible literature. In it the humanists also find a model of classicism for their ‘exasperated’ classicism. It implies that the literary culture of an author becomes evident in their production, that texts are created starting from other texts, in a closed literary system, in which endogenous, diachronic relations act with greater force than synchronic ones, extra-literary referents. This global intertextuality is inherent in writing, and the poetic invention also consists in the choice and re-elaboration of loci and topoi. However, the intimate relationship of the humanists with the literary heritage of the classical tradition is based on a powerful additional reason : the humanists write in a language that they do not (normally) speak, that they do not find in nature, which is excluded from the infantile mimetic language acquisition and from the connection with the psychic roots of the unconscious. We are therefore faced with a particular form of ’diglossia’. Humanistic pedagogy insists on a learning that we can define as ’textualized’ rather than ’grammaticalized’ : in writing, the humanists thus reproduce the mimetic ways of learning a mother tongue, but with a substantial distortion : rather than a langue, as a language system we have a literature, from which the humanists draw their parole : not by superimposing on their vocabulary a regulatory grid, but reproducing linguistic links, cadences, hemistichs, whole verses – that can drag meanings sometimes very different from the new cultural context, or that vice versa can be wisely ’re-semantized’ to express different realities and values. In any case processes of variation operate on a substantially, and necessarily, imitative substrate : they constitute a peculiar poetic code of humanistic poetry and give rise to a literary product that can be read on several levels, but which finds its ideal audience in a reader capable of literary recognitions, who is semblable and frère of the author, who establish with the author a relationship of complicity. The different aspects of the question will be documented by examples.



imprimer


Site réalisé avec SPIP 2.1.10 + AHUNTSIC