Accueil du site > Séances et Manifestations > Les séances du vendredi > Séances 2019 > Novembre 2019

Séance du 8 novembre 2019

– Communication de M. Adrian Robu, ATER à l’Université du Mans, sous le patronage de M. Denis KNOEPFLER, associé étranger de l’Académie, et de M. Jean-Louis FERRRARY, membre de l’Acasdémie : « Pausanias à l’épreuve de l’épigraphie : nouveaux documents sur la cité de Mégare, ses institutions et ses bienfaiteurs à l’époque impériale. »

Résumé : La Périégèse de Pausanias constitue la source principale de la topographie religieuse de Mégare et les savants modernes font grand usage de ce récit pour la reconstruction du panthéon mégarien. Par ailleurs, les inscriptions et les trouvailles archéologiques enrichissent considérablement notre documentation et offrent parfois une image différente de la cité de Mégare et de ses institutions que celle donnée par les sources littéraires. Un bon exemple à cet égard est le culte impérial à Mégare, qui trouve rarement une place chez Pausanias. Or, les inscriptions honorifiques pour des membres de la famille impériale constituent une large partie du corpus épigraphique de la Mégaride. On peut également évoquer la célébration d’Artémis par les Mégariens : la déesse apparaît chez le Périégète avec l’épiclèse Sôteira, mais plusieurs dédicaces font aussi mention d’une Artémis Orthôsia. Il s’agit sans doute du culte le plus ancien, car une Artémis Orthôsia apparaît également dans le milieu colonial mégarien, à Byzance.
À la lumière de nouvelles inscriptions, nous nous pencherons sur le panthéon mégarien et nous ferons état des principaux bienfaiteurs de Mégare à l’époque romaine. Cela nous amènera à nous interroger sur les choix de Pausanias lorsqu’il présente les cultes et les sanctuaires des Mégariens. Il sera aussi question dans ce cadre des relations entre Mégare et la Confédération béotienne et nous présenterons l’organisation civique et les magistratures de la cité à l’époque impériale.

Mots-clés : Mégare, le panthéon mégarien, le culte impérial, la confédération béotienne, les stratèges.


Abstract : The Periegesis of Pausanias is the main source on the religious topography of Megara and the modern scholars often make use of this account for the study of the Megarian pantheon. Otherwise, the inscriptions and the archaeological finds substantially enrich the documentation and give us sometimes a different image of the city of Megara and her institutions than those offered in the literary sources. A good example is the imperial cult at Megara, which is rarely mentioned by Pausanias. Nevertheless, the honorific inscriptions for the members of the imperial family represent a consistent part of the epigraphic corpus of Megaris. We can also mention the celebration of Artemis by the Megarians : Pausanias attests the epiklesis Soteira of the goddess, but several dedications were consecrated to Artemis Orthosia. This is certainly the oldest cult, since Artemis Orthosia is also present in a Megarian foundation, at Byzantium.
We will study the Megarian pantheon in the light of new inscriptions, and we will present the main civic benefactor of Roman Megara. This will raise questions about the choices made by Pausanias in order to present the cults and sanctuaries of Megarians. The relations of Megara with the Boeotian confederation will also be considered, and we will present the civic organization and magistracies of the city during the imperial period.

Keywords : Megara, Megarian pantheon, imperial cult, Boeotian confederation, strategoi.



imprimer


Site réalisé avec SPIP 2.1.10 + AHUNTSIC