Accueil du site > Séances et Manifestations > Les séances du vendredi > Séances 2016 > Mai 2016

Séance du 13 mai



Note d’information de M. Dominique Barthélemy, correspondant français de l’Académie : « Le roi retirant sa couronne : une légende de Bouvines au temps de saint Louis ».


Résumé : Cette note informera l’Académie sur mon enquête en cours à propos des « mémoires » et légendes de la bataille de Bouvines, de 1214 à 1278. Une légende intéressante, et peu étudiée, est celle qui attribue au roi Philippe Auguste, pour galvaniser ses barons juste avant la bataille, un grand geste d’humilité devant eux : il aurait, soit déclaré qu’ils pouvaient transférer la couronne à un meilleur que lui (récit du « Ménestrel de Reims », en 1260), soit déclaré en leur tendant sa propre couronne qu’ils étaient « tous rois » (récit de Richer de Senones, vers 1260 aussi), soit déclaré qu’ils étaient tous meilleurs que lui, tout en posant sa couronne à terre (récit de Thomas de Pavie, en 1278).
Le commentaire que je proposerai ouvrira des pistes dans deux directions ; D’une part, je situerai cette légende au sein du riche dossier des « mémoires » de Bouvines, dans le prolongement d’une insistance sur l’humilité du roi (mais normalement devant Dieu seul) et dans un processus de captation de la gloire de Bouvines par les seuls barons (au détriment notamment des chevaliers de l’hôtel et des sergents). D’autre part je proposerai de l’interpréter comme un instrument de défense et d’illustration de la place du baronnage dans le royaume, face à la pression de saint Louis après 1254, en soulignant le rôle attribué rétrospectivement à « Enguerran de Coucy », emblématique du baronnage, malmené, et en mettant en relation les paroles attribuées à Philippe Auguste par Richer (« je ne peux porter seul la couronne ») avec l’évolution de la liturgie du couronnement.

Mots-clés : baronnage, Bouvines, couronne de France, couronnement, sire de Coucy.




Communication de M. Jean-Marie Moeglin, correspondant français de l’Académie : « La lèse-majesté et le rituel de la corde au cou au Moyen Âge ».



imprimer


Site réalisé avec SPIP 2.1.10 + AHUNTSIC