Accueil du site > Séances et Manifestations > Les séances du vendredi > Séances 2013 > Février 2013

Séance du 22 février 2013


Communication de Mme Agnès Rouveret, sous le patronage de Mme Juliette de LA GENIÈRE : « Retour à Ithaque : peinture du paysage et de l’intimité domestique à Rome du dernier siècle de la République au début de l’Empire ».

La communication présentée s’inscrit dans le cadre d’une enquête sur la réception dans la culture romaine des formes et des catégories critiques élaborées dans la phase de transition entre la période classique et l’époque hellénistique. Elle s’attache spécifiquement aux enjeux de la peinture de paysage. Une convergence exceptionnelle de découvertes archéologiques et papyrologiques est venue renouveler profondément notre approche de cette question. La peinture de paysage est désormais attestée dans la scène de chasse figurée sur la tombe attribué à Philippe II de Macédoine, tandis que les épigrammes, récemment publiées, de Posidippe de Pella, actif à la cour d’Alexandrie dans le deuxième quart du IIIe s. av. J.-C., ouvrent de nouvelles perspectives sur les premiers traités d’histoire de l’art, essentiellement connus jusqu’ici grâce aux sources latines, Pline l’Ancien en particulier. L’exposé se concentre sur le thème des « errances d’Ulysse de paysage en paysage » (Vlixis errationes per topia), mentionné par Vitruve dans le passage du De Architectura (VII, 5, 1-4) consacré à l’histoire du décor domestique. Les fresques « odysséennes », découvertes sur l’Esquilin au XIXe siècle, en donnent un pendant figuré exact. On montrera que l’argumentation de Vitruve contre la peinture pariétale de son temps est tributaire de la pensée critique hellénistique et on analysera les paysages peints à l’aide des critères stylistiques élaborés dans ces traités. Puis, en suivant le thème du retour à Ithaque, on avancera l’hypothèse que l’évolution du décor pariétal et le développement de la peinture paysagère représentent deux symptômes convergents d’une recherche pour exprimer une forme d’intimité propre aux lieux de la vie privée. Cette hypothèse est encore renforcée par le fait qu’elle entre en résonance avec la création poétique de paysages des origines dans la poésie élégiaque, dans le quatrième livre des Élégies de Properce en particulier.

Mots clés : Paysage – critique d’art hellénistique – Peinture grecque et romaine – Imitation d’Homère – Élégie latine




Communication de Mme Corinne Debaine-Francfort, sous le patronage de M. Jean-François JARRIGE : « L’âge du Bronze dans le désert de Taklamakan : nouvelles découvertes dans les deltas fossiles de la rivière Keriya, Xinjiang, Chine ».



imprimer


Site réalisé avec SPIP 2.1.10 + AHUNTSIC