Accueil du site > Séances et Manifestations > Les séances du vendredi > Séances 2012 > Décembre 2012

Séance du 21 décembre 2012


Communication de M. Azedine BESCHAOUCH, associé étranger de l’Académie : « Énigmes à Theveste et Thysdrus. Rhétorique, ethnographie et procédés cryptographiques dans le milieu des sodalités africo-romaines ».






Communication de M. Arthur Müller, sous le patronage de M. Olivier PICARD : « Mutations et permanence architecturale au cœur de Thasos ( VIIIe s. avant - VIIe s. ap. J.-C.) ».



Le cœur de la ville antique de Thasos, délimité par des monuments bien connus, l’Artémision, le Dionysion et le Passage des Théores, a été exploré de façon d’abord sporadique, au gré des sondages d’urgence, puis systématique au cours des trois dernières décennies. Les données restent encore partielles : elles n’en permettent pas moins de retracer dans la durée les grands traits de l’occupation de ce secteur. On y a reconnu une intense activité métallurgique dans les dernières décennies du VIIIe s. av. J.-C., antérieure donc à l’arrivée des colons Pariens et prolongée par ceux-ci dans un premier temps. On y observe ensuite la mise en place, dès le haut archaïsme, d’un réseau viaire qui converge vers l’agora des Charites, le premier espace public de la cité. Parmi les nombreux murs d’époque archaïque déjà repérés, une seule construction cohérente se distingue : il s’agit d’un édifice à deux vastes pièces ouvrant vers le Sud, précédées d’un portique, qui a été dès le VIe s. prolongé d’une troisième pièce. Au IVe s., cet édifice reçoit une nouvelle façade monumentale. Son histoire se prolonge jusqu’au début du Ve s. ap. J.-C., date à laquelle il est intégré pratiquement tel quel dans une grande demeure protobyzantine. Jusqu’à la destruction finale de 620 ap. J.-C., cet édifice a ensuite conservé une certaine autonomie architecturale au sein de l’aile Nord de la maison. Cette remarquable permanence architecturale invite évidemment à s’interroger sur la fonction vraisemblablement publique de l’édifice en question et de ses avatars : quelques indices suggèrent d’y reconnaître une salle de banquet, à proximité immédiate du Dionysion (dont il faut sans doute réévaluer l’importance) et de la première place publique de la cité. De la fin de l’Antiquité jusqu’aux aménagements agraires de la fin du XIXe s., le secteur ne paraît pas avoir connu d’occupation notable.

Mots-clefs : Thasos, centre public, Dionysion, salle de banquet, habitat.



imprimer


Site réalisé avec SPIP 2.1.10 + AHUNTSIC