Accueil du site > Séances et Manifestations > Coupoles > Coupole 2019

Jean-Noël Robert - La vie et les travaux de l’Académie en 2019

Discours de M. Jean-Noël ROBERT, président de l’Académie.

Monsieur le Chancelier de l’Institut de France,

Madame et Messieurs les Secrétaires perpétuels,

Monsieur le Chancelier honoraire,

Mesdames et Messieurs les Ambassadeurs

Monsieur le Grand Chancelier de la Légion d’honneur,

Mesdames et Messieurs les délégués de l’Union académique internationale,

Mes chers confrères,

Mesdames, Messieurs,

  • MEMBRES DISPARUS

Le discours prononcé annuellement par le Président se doit de rappeler en premier lieu le souvenir de nos disparus. Depuis l’an dernier un de nos confrères nous a quitté ainsi que l’un de nos correspondants étrangers.

Élue membre de l’Académie, le 2 décembre 2011, au fauteuil de Robert-Henri BAUTIER, Véronique SCHILTZ s’est éteinte à Paris, le 4 février 2019, à l’âge de 77 ans. Orientaliste, helléniste et archéologue de réputation internationale, c’était la spécialiste incontestée des peuples de la steppe du Ier millénaire av. au Ier millénaire ap. J.-C., et en particulier des redoutables Scythes.
Maître d’œuvre de grandes expositions parisiennes sur l’art des peuples périphériques du monde gréco-romain (« L’Or des Scythes » en 1975, « L’Or des Sarmates » en 1995, « L’Or des Amazones » en 2002, enfin « L’Or des Thraces » en 2006), membre associé de l’équipe « Hellénisme et civilisations orientales - Fouilles de Samarcande » de l’École Normale Supérieure, elle animait avec ferveur la recherche portant sur les peuples indigènes dans leurs rapports avec les Grecs. Russophone fort considérée dans les milieux intellectuels russes, c’était également une spécialiste de l’histoire de l’art russe et la traductrice, dans le domaine de la littérature contemporaine, de plusieurs recueils de poèmes et d’essais, notamment des œuvres de Joseph Brodsky. A l’Académie, où elle était fort active, elle participait régulièrement à l’organisation des colloques de la Villa Kérylos, dont celui consacré à « La Grèce dans les profondeurs de l’Asie » reste particulièrement attaché à sa mémoire. Elle était également l’un des directeurs des Monuments et Mémoires de la Fondation Eugène Piot, la revue d’art de notre Compagnie.

Nommé correspondant étranger de l’Académie le 19 février 1999 à la place de Birger MUNK OLSEN, Rainer Stadelmann s’est éteint à Munich, le 14 janvier 2019, à l’âge de 85 ans. Professeur honoraire à l’Université de Heidelberg, il avait été, de 1989 à 1998, l’un des grands directeurs de l’Institut archéologique allemand du Caire. Archéologue infatigable, il conduisit de nombreuses campagnes de fouilles à Éléphantine, à Thèbes, ou bien encore sur le site des pyramides de Dahchour. Depuis deux décennies, il codirigeait avec son épouse, Mme Hourig Sourouzian, la mission du temple funéraire d’Amenhotep III et des célèbres colosses de Memnon qui lui sont redevable de leur restauration.

  • NOUVEAUX MEMBRES

Deux nouveaux membres ont rejoint les rangs de l’Académie depuis l’an dernier ainsi que deux associés étrangers.

Le 29 mars 2019, l’orientaliste Alain THOTE a été élu académicien au fauteuil de Robert TURCAN. Diplôme de HEC, ancien élève de l’École du Louvre et docteur de 3e cycle en études chinoises, M. Alain THOTE est un sinologue, spécialiste de l’art et de l’archéologie de la Chine entre la fin du Néolithique et le début de la période impériale. Directeur d’études émérite à la IVe section l’École pratique des Hautes Études, il est également directeur de l’Institut des Hautes Études chinoises du Collège de France. Membre du Conseil d’administration du Shanghai Archaeology Forum, il a assuré le commissariat scientifique de grandes expositions à Paris : « Chine antique – Le voyage de l’âme » (1992), « Chine, l’énigme de l’homme de bronze » (2003) et « Les soldats de l’éternité » (2008).

Le 29 mars 2019, l’antiquisante Agnès ROUVERET a été élue académicienne au fauteuil de Jacques GERNET. Sèvrienne et agrégée de lettres classiques, ancien membre de l’École française de Rome et docteur ès lettres, Mme Agnès ROUVERET est professeur émérite à l’Université de Paris Nanterre. Historienne de l’art et archéologue, c’est la grande spécialiste française de la peinture grecque et romaine, et notamment des peintures des tombes de Paestum en Italie. C’est aussi une spécialiste de la littérature critique antique sur l’art, et en particulier de Pline l’Ancien dont elle a édité le livre XXXVI de l’Histoire naturelle.

Dans sa séance du vendredi 8 février 2019, l’Académie a élu son correspondant M. Shoichi SATO au fauteuil de Max PFISTER. Professeur émérite à l’Université de Nagoya, ancien Président de la Société japonaise pour l’Histoire de France qu’il a dirigé pendant deux décennies, membre éminent de l’Académie du Japon et du Bureau de l’Union Académique Internationale, M. Shoichi SATO est un spécialiste du haut Moyen Âge occidental et en particulier de la France mérovingienne.
M. Israël FINKELSTEIN, de nationalité israëlienne, a été lui aussi élu le vendredi 8 février 2019, au fauteuil de JAO Tsung-I. Il était correspondant étranger de l’Académie depuis 2014. Professeur émérite à l’Université́ de Tel Aviv, codirecteur des fouilles de Megiddo et membre de l’Israel Academy of Sciences and Humanities, M. Israël FINKELSTEIN est un archéologue du Proche-Orient antique et un historien d’Israël aux âges du Bronze et du Fer.
L’Académie a également pourvu, le 17 mai 2019, à l’élection des 8 correspondants étrangers suivants :
– M. Michael Alram, de nationalité autrichienne, numismate et historien de l’Iran et de l’Asie centrale, directeur du cabinet des monnaies du Kunsthistorisches Museum de Vienne ;
– Mme Valentina Calzolari, de nationalité italienne, arménologue, spécialiste du christianisme ancien, professeur à l’Université de Genève ;
– M. Werner Eck, de nationalité allemande, historien de l’Empire romain, professeur émérite à l’Université de Cologne, ;
– M. Michel Hébert, de nationalité canadienne, spécialiste de l’histoire des villes médiévales et historien de la Provence, professeur émérite à l’Université du Québec ;
– Mme Stephanie W. Jamison, de nationalité américaine, spécialiste de grammaire comparée des langues indo-européennes, professeur à l’Université de Californie ;
– M. Takeshi Matsumura, de nationalité japonaise, spécialiste d’ancien et de moyen français, professeur à l’Université de Tokyo ;
– Mme Amneris Roselli, de nationalité́ italienne, spécialiste de la médecine antique, professeur à l’Université de Naples « L’Orientale » ;
– enfin, Mme Sabine Schmidtke, de nationalité́ allemande, islamologue, professeur à l’Institute for Advanced Study de Princeton.

  • SÉANCES ET COLLOQUES

Depuis la séance solennelle du 30 novembre 2018, l’Académie a tenu 33 séances publiques, entendu 45 communications ou notes d’information, ainsi que de très nombreux hommages d’ouvrages récents.

Nous avons réuni d’autre part 58 commissions et 5 conseils d’administration de fondations abritées.
L’Académie a également organisé, co-organisé ou accueilli 10 manifestations scientifiques de nature très variées, qui illustrent son rôle d’animateur de la recherche dans son étendue la plus large.
En décembre 2018, elle a organisé, en partenariat avec la Société asiatique et l’Institut national des Langues et Civilisations orientales, un colloque sur les « Mythes d’origine dans les civilisations de l’Asie ».
En février 2019, elle a participé à la rencontre mondiale « Patrimoines, sciences et technologies » organisée par l’Académie des Sciences, et plus particulièrement à la journée « Patrimoines : enjeux d’avenir » dont notre Vice-Président, M. Nicolas GRIMAL, a été l’un des principaux maîtres d’œuvre.
Au mois d’avril, l’Académie a accueilli des sessions de deux colloques internationaux à l’organisation desquels elle était associée. Le premier portait sur « Léonard de Vinci et les mots de la peinture en Europe : sources et réception » ; le second sur le « Serio ludere. D’Alberti à Pontano et d’Érasme à Thomas More ».
Le 24 mai, l’Académie a pris part aux célébrations des « 25 ans de contributions cambodgienne, française et internationale à la conservation et au développement d’Angkor » en consacrant à ce site inscrit sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO une séance thématique, placée sous le haut patronage de Sa Majesté NORODOM Sihamoni, qui s’est déroulée en Sa présence.
Au mois de juin, le colloque international « Pensées secrètes des académiciens : Fontenelle et ses confrères » à l’organisation duquel l’Académie a contribué a tenu ses assises.
En octobre, s’est déroulé le 30e colloque de la Villa Kérylos organisé par l’Académie avec le soutien des Fondations Khôra de l’Institut de France et la collaboration du Centre des Monuments Nationaux, sur le thème : « Les petites phrases. Puissance de la brièveté dans les littératures d’Orient et d’Occident ».

Au mois de novembre, l’Académie a accueilli une des journées du colloque international « Ougarit, 90 ans après », puis a coorganisé avec la bibliothèque du Saulchoir une des deux journées du colloque « Précieux souvenirs. Histoire de l’imagerie de dévotion en Europe » qui s’est déroulée à la fondation Simone et Cino del Duca de l’Institut de France.
Enfin, le lundi 21 octobre 2019, lors de la séance solennelle de rentrée des Cinq académies, dont le thème portait sur le « Le chaos », notre confrère Charles de LAMBERTERIE, délégué de notre Académie, a prononcé un discours sur « Le chaos : histoire du mot ».

Il convient également de mentionner ici, au titre des manifestions organisées par l’Académie, la cérémonie de remise des Mélanges offerts à Jean-Louis FERRARY sous le titre : Philorhômaios kai philhellèn qui s’est déroulée en présence de nombreux de ses collègues et de ses élèves venus célébrer l’œuvre d’un grand historien de l’Antiquité romaine.

  • CONSEIL ET EXPERTISE

L’Académie exerce une fonction de conseil et d’expertise, par les rapports qu’elle rédige et publie sur les activités des Écoles françaises à l’étranger, par les avis qu’elle donne sur l’élection des professeurs et maîtres de conférences de grands établissements, par les labels qu’elle accorde à un certain nombre de chantiers archéologiques. On trouvera sur le site de l’Académie des pages de présentation abondamment illustrées consacrées à chacune d’entre elles.

  • RELATIONS INTERNATIONALES

Du 13 au 15 février 2019, l’Académie a accueilli le Bureau de l’Union académique internationale qui y a tenu sa session annuelle sous la présidence de M. Sam Lieu, Président de l’UAI (Australie).

Le 22 octobre, le Secrétaire perpétuel Michel ZINK a reçu le Vice-Ministre de l’Éducation de la Chine, M. Tian Xuejun, venu participer à la 5e session du dialogue franco-chinois de haut niveau sur les échanges humains qui vise à encourager la coopération entre la Chine et la France, notamment en matière d’éducation, de science et de technologie, de culture et de tourisme.

  • PRIX ET FONDATIONS

L’Académie encourage la recherche par les prix qu’elle attribue dont la liste complète va vous être lue par notre vice-président. Plusieurs d’entre eux qui sont les mieux dotés sont remis solennellement.

Le 12 avril, Mme Zlatka Guentchéva a reçu le prix de linguistique Antoine MEILLET pour l’ensemble de son œuvre des mains de notre confrère Charles de LAMBERTERIE.

Le 3 juin, le prix de la Fondation Christiane et Jean GUILAINE a été remis à son premier récipiendaire, le Professeur Leonardo García Sanjuán, de l’Université de Séville, pour l’ensemble de ses travaux sur la Protohistoire du Sud ibérique ayant permis de révéler l’étendue du pouvoir exercé par une élite sociale qui y contrôlait dès le IIIe millénaire av. J.-C. de vastes localités.

Le 5 juin, lors de la séance de remise des Grands Prix de l’Institut de France sous la Coupole, le Prix d’archéologie Simone et Cino Del Duca 2018 a été remis par M. Christian ROBIN, membre de l’Académie, à Mmes Iwona Gajda et Anne Benoist pour soutenir la Mission archéologique franco-éthiopienne dans le Tigray oriental qu’elles dirigent.

Le 21 juin, M. Mohammad Ali Amir-Moezzi, directeur d’études à la Ve section de l’École pratique des Hautes Études, a reçu le Prix d’histoire des religions de la fondation « Les amis de Pierre-Antoine Bernheim » pour son ouvrage intitulé : La preuve de Dieu. La mystique shi’ite à travers l’œuvre de Kulaynî. IXe-Xe siècle.

Le vendredi 18 octobre, Mme Fan Jinshi a reçu, en présence de S. Exc. M. Lu Shaye, ambassadeur de Chine en France, le Prix d’études chinoises Léon Vandermeersch pour l’ensemble de ses travaux consacrés au site de Dunhuang (Chine).

Le 8 novembre, M. Pierre Tallet, professeur à la Sorbonne, a reçu le Prix Jean et Marie-Françoise LECLANT attribué au programme de recherche archéologique qu’il dirige sur le site du ouadi al-Jarf qui se situe sur la côte du golfe de Suez (Égypte).

Notons ici que l’Académie favorise aussi les initiatives visant à encourager le goût pour les humanités chez les élèves. Ceci explique qu’elle soutienne tout particulièrement l’association Sauvegarde des Enseignements littéraires (SEL) fondé par la regretté Jacqueline de ROMILLY. Le 14 juin, le Secrétaire perpétuel Michel ZINK, et Mme Monique TRÉDÉ, membre de l’Académie et présidente du SEL, ont remis les prix de la nouvelle Jacqueline de ROMILLY, placé sous le patronage du ministère de l’Éducation nationale, à sa 5e promotion de lauréats.

  • COMMUNICATION

Dans le cadre de son programme d’actions pédagogiques, l’Académie a organisé en 2019 une série de visites-conférences à l’occasion desquelles quelque 400 élèves du second degré ont pu rencontrer des académiciens, dont notre Secrétaire perpétuel. Les résumés des exposés présentés, qui constituent un outil susceptible d’intéresser les lycéens, sont consultables sur le site Internet de l’Académie.

Les 21 et 22 septembre dernier, l’Académie a participé aux Journées européennes du patrimoine avec une exposition présentant une épitaphe de gladiateur d’Asie Mineure dont elle conserve l’estampage, en vue de faire découvrir, grâce à ce document, le travail de l’épigraphiste. Dans le cadre des rencontres organisées par l’Institut de France, le Secrétaire perpétuel Michel ZINK et M. Laurent PERNOT, membre de l’Académie, ont dédicacé leurs derniers ouvrages.
Publications

L’Académie contribue à la diffusion de la recherche la plus récente par des publications internationalement reconnues.

Cette année, l’Académie aura publié 3 fascicules des Comptes rendus des séances de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres couvrant les mois de juillet 2017 à mars 2018 ; elle a édité également 2 fascicules du Journal des savants ainsi que le tome 97 des Monuments Piot.

2 volumes sont parus dans la collection de ses Mémoires : d’une part un ouvrage sur l’histoire et l’architecture du Crac des Chevaliers, publié avec le soutien de la Société́ de l’Histoire et du Patrimoine de l’Ordre de Malte, et, d’autre part, une édition de la correspondance entre Franz Cumont et Alfred Loisy.

Un volume de la Carte archéologique de la Gaule dirigée par le Professeur Michel Provost consacré au département de l’Eure a été publié également cette année.

Le Recueil général des sculptures sur pierre de la Gaule, communément dénommé « Nouvel Espérandieu », s’est enrichi pour sa part d’un nouveau volume avec la parution d’un tome sur Marseille et ses environs qui a bénéficié du soutien de la cité phocéenne.

La collection du Recueil des Historiens de la France de l’Académie a accueilli 3 nouveaux volumes : les Comptes de Raoul, comte d’Eu, connétable de France († 1345), le registre JJ 269 des Archives nationales ; Trois obituaires marchois. Les célestins des Ternes. Les prêtres filleuls de Banize et de Magnac-Laval, enfin les Obituaires de l’abbaye de Clairac.

5 volumes d’actes de colloques ont également paru :
– Pierre d’Ailly. Un esprit universel à l’aube du XVe siècle ;
– Quand les plus pauvres deviennent acteurs, actes de la rencontre interacadémique organisée par l’Académie des Sciences morales et politiques, notre Académie et la Fondation Joseph Wresinski de l’Institut de France ;
– Des tombeaux et des dieux, actes du 29e colloque de la Villa Kérylos ;
– 80 ans de l’Institut de Recherche et d’Histoire des Textes ;
– Les sociétés tribales en Afrique du Nord, IXe journée d’études nord-africaines organisée avec la Société d’Étude du Maghreb préhistorique, antique et médiéval.

  • INTERNET

La numérisation des publications de l’Académie se poursuit sur le portail Persée. Le nombre de consultations dont elles font l’objet, est remarquable. A titre d’exemple nos Comptes rendus ont totalisé depuis l’an dernier plus d’1,2 millions de visites et pas moins de 100.000 téléchargements ce qui représente un doublement de leur consultation.

Le site de l’Académie, de son côté, continue à s’enrichir avec régularité de nouvelles pages, ce qui contribue à en faire une base documentaire de premier plan. La numérisation en cours des registres des procès-verbaux de séances de notre Compagnie pour la période s’écoulant de 1694 à 1795 et leur mise en ligne prévue l’an prochain contribuera certainement à accentuer l’intérêt porté à notre site par tous ceux qui se passionnent pour l’histoire des disciplines historiques et philologiques.
On rappellera, aussi, que l’Académie est présente sur les réseaux sociaux, ce qui lui permet de communiquer plus largement sur ses activités et les travaux de ses membres, notamment auprès des jeunes générations. Son compte Twitter, alimenté régulièrement, compte désormais plus de 1500 abonnés.

*
* *

On peut ainsi le constater, cette année, comme toutes les autres années, notre Compagnie n’a pas chômé. Je n’ai présenté ici qu’une partie de ses activités. En cette semaine où nous célébrons le centenaire de l’Union Académique Internationale, il apparaît de plus en plus clairement à quel point le monde, non seulement le monde savant, mais aussi le grand public, et tout spécialement le jeune public, a besoin, je ne dis pas d’une autorité, mais d’une référence stable au milieu de l’incertitude. Par son rôle de tutelle des grands établissements français à l’étranger, par l’avis qu’elle donne sur la nomination des enseignants-chercheurs de grands organismes d’enseignement, par les prix et médailles qu’elle attribue et par son activité de conseil dans ses domaines de compétence, l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres illustre à la fois la continuité et l’évolution des disciplines qu’elle maintient dans toute leur rigueur et leur fécondité. Les moyens modernes lui donnent plus que jamais la possibilité d’étendre son action dans des cercles de plus en plus vastes de la société, et c’est bien ce qu’elle entend faire.



imprimer


Site réalisé avec SPIP 2.1.10 + AHUNTSIC