Accueil du site > Séances et Manifestations > Coupoles > Coupole 2016

Bilan : vie et activités de l’Académie en 2016


Par M. Michel BUR, Président de l’Académie.




Monsieur le Chancelier,
Madame le Secrétaire perpétuel,
Monsieur le Secrétaire perpétuel,
Monsieur le Président de l’Institut,
Monsieur le Grand Chancelier de la Légion d’Honneur,
Monsieur le Président honoraire de la Confédération helvétique,
Madame et Messieurs les Ambassadeurs,
Madame et Messieurs les Ministres conseillers et conseillers culturels,
Mes chers confrères,
Mesdames et Messieurs,


Vetat mori … Les Académiciens sont comme les rois, ils ont deux corps, l’un auquel la Muse, inspiratrice de leurs travaux, a promis l’immortalité, et l’autre, non plus moral mais physique, qui reste soumis à la loi naturelle. Aussi le président de l’Académie doit-il commencer ce compte rendu annuel d’activités en évoquant le souvenir de nos disparus.
Depuis l’an dernier l’un de nos confrères nous a quitté ainsi que deux associés et deux correspondants étrangers.

Élu membre de l’Académie le 31 janvier 1992 au fauteuil d’André CHASTEL, l’helléniste Paul BERNARD est décédé à Paris le 1er décembre 2015. Normalien, agrégé de grammaire, ancien membre de l’École française d’Athènes et de l’Institut français d’Archéologie du Proche-Orient à Beyrouth, docteur-ès-lettres, il était directeur d’études émérite à l’École pratique des Hautes Études. Directeur de la Délégation archéologique française en Afghanistan à partir de 1965, il conduisit la grande fouille d’Aï Khanoum de 1965 à 1978. Archéologue, historien de l’art gréco-oriental, épigraphiste et numismate, Paul BERNARD était le meilleur spécialiste en France des civilisations de l’Asie centrale hellénisée. Il laisse une œuvre considérable au sein de laquelle se distinguent des ouvrages consacrés à Aï Khanoum, enrichissant notre connaissance de la Bactriane. Savant de grande réputation, Paul BERNARD était membre de l’Académie des Sciences de Russie, du Deutsches archäologisches Institut de Berlin, de l’Accademia dei Lincei et de l’Istituto Italiano per il Medio ed Estremo Oriente de Rome.

Élu associé étranger le 25 février 2000, après avoir été nommé correspondant étranger le 21 décembre 1990, le médiéviste italien Girolamo ARNALDI est décédé à Rome, le 30 janvier 2016. Successivement professeur aux Universités de Bologne et de Rome « La Sapienza », Girolamo ARNALDI était un maître éminent dans les domaines suivants : l’histoire de l’Église et de la Papauté du haut Moyen Âge, la culture des juges et des notaires italiens, l’histoire de Venise et de la Terre ferme au Moyen Âge, les origines des universités de Bologne, Padoue et Naples. Proche de plusieurs de nos confrères, collaborant souvent avec l’École française de Rome, Girolamo ARNALDI était membre de l’Accademia dei Lincei et chevalier de la Légion d’Honneur.

Son altesse impériale Takahito, prince MIKASA, doyen de la famille impériale japonaise et frère de feu l’empereur Hiro-Hito, est décédé centenaire le 27 octobre 2016. Au lendemain de la seconde guerre mondiale, il avait entrepris des études sur l’Orient ancien, l’Egypte, l’archéologie et les langues sémitiques. Enseignant dans diverses universités japonaises, il a terminé sa carrière comme professeur à l’Université de Tokyo pour les Beaux-Arts et la Musique. Son nom est lié au sauvetage, mené par l’Unesco, de l’ensemble urbain de Mohenjo-Daro au Pakistan et aussi à la fondation à Tokyo du « Centre culturel du Proche-Orient ». En 1989, il avait reçu le Prix mondial Ataturk pour la Paix. Il était depuis 1962 membre de la Société française d’Egyptologie. Notre compagnie s’était honorée en l’accueillant comme associé étranger en 1991.

L’Académie a été informée avec retard du décès de l’égyptologue Sergio Donadoni, survenu le 31 octobre 2015, à l’âge de 101 ans. Nommé correspondant étranger le 21 décembre 1990, Sergio Donadoni était professeur émérite de l’Université de Rome « La Sapienza ». Il participa aux travaux diligentés par l’UNESCO dans les années 60 pour le sauvetage des temples d’Abou Simbel et dirigea de nombreuses fouilles en Égypte et au Soudan.

Élu correspondant étranger de l’Académie le 19 février 1999, José-María Blázquez-Martínez est décédé à Madrid le 27 mars 2016. Professeur à l’Université de Salamanque puis à l’Université Complutense de Madrid, spécialiste des civilisations de la péninsule Ibérique depuis la Préhistoire jusqu’au haut Moyen Âge


Deux nouveaux membres ont rejoint les rangs de l’Académie depuis l’an dernier ainsi que deux associés étrangers.
Le vendredi 11 décembre 2015, Mme Cécile MORRISSON a été élue académicien au fauteuil de Jean FAVIER. Elle était depuis le 28 avril 2006 correspondant de la Compagnie. Ancienne élève de l’École normale supérieure, agrégée d’histoire, directeur de recherche émérite au CNRS, Mme Cécile MORRISSON est la spécialiste de l’histoire monétaire, financière et économique du monde byzantin. Elle a dirigé le département des monnaies, médailles et antiques de la Bibliothèque nationale de France. Ancien président du Comité français des Etudes byzantines et de la Commission internationale de Numismatique, elle est conseiller pour la numismatique byzantine auprès de Dumbarton Oaks.

Le vendredi 1er avril 2016, M. Henri-Paul FRANCFORT a été élu académicien au fauteuil de Jean-Pierre CALLU. Il était depuis le 31 mai 2013 correspondant de notre Compagnie. Docteur ès-lettres, directeur de recherche au CNRS, directeur de la mission archéologique française en Asie centrale, M. Henri-Paul FRANCFORT est l’un des meilleurs spécialistes actuels des civilisations de la Bactriane et de l’Asie centrale de l’âge du Bronze à l’époque kouchane. Il a dirigé ou codirigé de nombreuses fouilles en Afghanistan, en Inde ou bien encore au Kazakhstan. Il préside le pôle TRIAC (Turquie, Russie, Iran, Asie Centrale) du ministère des Affaires étrangères.

Le vendredi 5 février 2016, l’Académie a élu son correspondant, M. Thomas RÖMER, au fauteuil de Peter LEWIS. De nationalité allemande et suisse, M. Thomas RÖMER est un bibliste et un exégète de l’Ancien Testament. Professeur au Collège de France, dont il dirige l’Institut des Civilisations, il est Vice-Président de l’assemblée des Professeurs. Parmi ses derniers ouvrages, on mentionnera son livre sur L’invention de Dieu qui est traduit en plusieurs langues.

M. Michael SCREECH, de nationalité britannique, a été élu le vendredi 5 février 2016 au fauteuil d’Alberto VARVARO. Il était correspondant de l’Académie depuis 2000. Historien de la littérature du XVIe siècle, spécialiste de Rabelais et de Montaigne, dont il a procuré des éditions, le Professeur Michael SCREECH est Emeritus fellow du All Souls College d’Oxford, membre de la British Academy et chevalier de la Légion d’Honneur.

L’Académie a par ailleurs procédé en 2016 à l’élection de correspondants français et étrangers.
Le vendredi 17 juin 2016, elle a élu huit correspondants français :

  • M. Marc Baratin, latiniste, professeur à l’Université de Lille III ;
  • Mme Claire-Akiko Brisset, japonologue, maître de conférences habilitée à l’Université Paris Diderot ;
  • M. Patrick Corbet, spécialiste de l’Allemagne des Xe-XIIe siècles, professeur à l’Université de Lorraine ;
  • Mme Élisabeth Crouzet-Pavan, historienne du Moyen Âge et de la Renaissance en Italie, professeur à la Sorbonne ;
  • M. Philippe Hoffmann, helléniste, historien de la pensée philosophique et religieuse de l’Antiquité et de Byzance, directeur d’études à l’EPHE ;
  • M. Alain de Libera, spécialiste de la philosophie médiévale, professeur au Collège de France, directeur d’études à l’EPHE ;
  • M. Dominique Michelet, américaniste, directeur de recherche émérite au CNRS ;
  • M. Jean-Michel Mouton, spécialiste de l’islam médiéval, directeur d’études à l’EPHE

Auparavant, le vendredi 13 mai 2016, elle avait élu huit correspondants étrangers :

  • M. Roberto Antonelli, de nationalité italienne, romaniste, membre de l’Accademia dei Lincei, professeur émérite à l’Université « La Sapienza » de Rome ;
  • M. Dominic Goodall, de nationalité britannique, sankritiste, historien des religions de l’Inde et du Cambodge, enseignant-chercheur au centre de Pondichéry de l’Ecole française d’Extrême-Orient ;
  • M. Vujadin Ivanišević, de nationalité serbe, byzantiniste, archéologue et numismate, directeur de recherche à l’Institut archéologique de Belgrade ;
  • M. Askold Ivantchik, de nationalité russe, archéologue et historien du monde des steppes, directeur de recherche au CNRS, professeur à l’Université de Moscou ;
  • M. Dario Mantovani, de nationalité italienne, historien du droit romain et philologue, professeur à l’Université de Pavie ;
  • M. Alexandre Mazarakis-Ainian, de nationalité grecque, archéologue et helléniste, professeur à l’Université de Thessalie ;
  • M. Vivian Nutton, de nationalité britannique, historien de la médecine gréco-romaine et de sa résurgence au Moyen Âge et à la Renaissance, membre de la British Academy, professeur émérite à l’University College de Londres ;
  • M. Mario Torelli, de nationalité italienne, étruscologue, archéologue et historien de l’art gréco-romain, membre de l’Accademia dei Lincei, professeur émérite à l’Université de Pérouse.


REMISES DE PRIX

Le mercredi 8 juin 2016, à l’occasion de la séance solennelle de remise des Grands Prix de l’Institut de France sous la Coupole, le Prix d’archéologie Simone et Cino Del Duca 2016 a été remis par M. Michel VALLOGGIA, associé étranger de l’Académie, à M. Pierre Tallet pour soutenir le programme de recherche qu’il dirige sur la mer Rouge.

Le vendredi 10 juin 2016, le Secrétaire perpétuel Michel ZINK et Mme Monique TRÉDÉ, membre de l’Académie et présidente de l’association Sauvegarde des Enseignements littéraires, ont remis à la seconde promotion de lauréats les « Prix de la Nouvelle » créés par Jacqueline de ROMILLY ».

Le vendredi 17 juin, Mme Christiane Klapisch-Zuber, directrice d’études à l’EHESS, a reçu le Prix d’histoire des religions de la fondation « Les amis de Pierre-Antoine Bernheim » pour son ouvrage intitulé : Le voleur de Paradis. Le Bon Larron dans l’art et la société (XIVe-XVIe siècle.).

Le 18 novembre 2016, M. Georges Soukiassian, archéologue au Centre d’Etudes alexandrines, a reçu le Prix Jean et Marie-Françoise LECLANT qui lui a été décerné pour soutenir la publication des blocs pharaoniques inscrits du site sous-marin du phare d’Alexandrie.


SÉANCES ET COLLOQUES

Depuis la séance solennelle du 27 novembre 2015, l’Académie a tenu 31 séances publiques, entendu 40 communications, 20 notes d’information, ainsi que de très nombreux hommages d’ouvrages récents.

A l’issue d’un patient travail mené en comité secret, elle a procédé, en réponse à une recommandation de la Cour des Comptes, à une réforme de ses prix qui, à partir de 2017, seront moins nombreux. Ses autres récompenses, exception faite des subventions que peuvent accorder ses fondations, seront désormais décernées sous forme de médailles.

Par ailleurs, 47 Commissions se sont réunies, dont 3 pour l’administration de l’Académie, 3 pour les Écoles d’Athènes et de Rome, 2 pour l’École biblique et archéologique de Jérusalem, 1 pour l’Institut du Caire, 1 pour les travaux éditoriaux, 1 pour les fouilles archéologiques et 35 pour les prix. Se sont également tenus 4 conseils d’administration de fondations.

L’Académie a accueilli ou bien organisé en outre six colloques qui témoignent de son rôle d’animateur de la recherche.

En décembre 2015, elle a organisé en partenariat avec la Société asiatique et l’Institut national des Langues et Civilisations orientales un colloque sur « Antoine Galland et l’Orient des savants ».

L’Académie a également participé aux célébrations du VIIIe centenaire de la fondation de l’Ordre des Prêcheurs en organisant avec le concours de la Province dominicaine de France un colloque intitulé : « Les Dominicains en France (XIIIe-XXIe s.) », filmé par la chaîne KTO et que Frère Bruno Cadoré, Maître de l’Ordre des Prêcheurs, a honoré de sa présence.

En janvier 2016 a eu lieu un colloque international organisé avec la chaire de civilisation pharaonique du Collège de France, intitulé : « Imitations, copies et faux. Des rives du Nil à Rome ».

Au mois de mai, s’est déroulée, en présence de diplomates de pays du Maghreb, la journée d’études nord-africaines organisée avec la Société d’Études du Maghreb préhistorique, antique et médiéval sur le thème : « Patrimoine et musées de l’Afrique du Nord ».

Les vendredi 7 et samedi 8 octobre 2016, s’est tenu, avec la collaboration du Centre des Monuments Nationaux et le soutien des Fondations Khôra (Institut de France) et Stavros Niarchos , le XVIIe colloque de la Villa Kérylos, intitulé : « Au-delà du savoir : les Reinach et le monde des arts ». La première journée de ce colloque s’est achevée par un concert, au cours duquel ont été jouées une sonate pour piano et violon récemment redécouverte ainsi que plusieurs romances composées par Léon Reinach, fils de l’helléniste Théodore REINACH, assassiné à Auschwitz en 1944.

En octobre dernier, l’Académie a organisé avec le Collège de France un colloque en mémoire du grand japonisant Bernard FRANK, décédé en 1996.

Enfin, le mardi 25 octobre 2016, un discours intitulé : « Des risques et des livres » a été prononcé par notre confrère François DEROCHE, lors de la séance de rentrée solennelle sous la Coupole, dont le thème portait cette année sur « Le risque ».



MISSIONS DE CONSEIL ET D’EXPERTISE

A la fin de l’an dernier, l’Académie a décidé, sur proposition de sa commission des recherches archéologiques, de décerner pour la première fois un label « Archéologie » à quinze missions, dont les candidatures lui avaient été proposées par la commission consultative des fouilles françaises à l’étranger du Ministère des Affaires étrangères pour l’année 2016. On trouvera sur le site Internet de l’Académie une présentation de chacune d’elles.

Le mercredi 15 mars 2016, L’Académie a accueilli une délégation japonaise de juristes spécialistes de droit constitutionnel, venue effectuer en France une série de consultations auprès de grandes institutions. Les échanges ont plus particulièrement porté sur l’avenir des études japonaises en France et sur le rôle exercé par l’Académie en la matière. Les résultats de cette enquête seront exposés dans un rapport remis à la Japan Society for the Promotion of Science et à l’Université Keio.



RELATIONS INTERNATIONALES

Le lundi 30 novembre 2015, s’est déroulée la cérémonie de remise des Mélanges Entre texte et histoire. Études d’histoire médiévale, offerts à M. Soichi Sato pour son 70e anniversaire. Cet éminent spécialiste de la France mérovingienne, correspondant de notre Académie et membre de l’Académie impériale du Japon, avait souhaité recevoir en France et à l’Académie, en présence du Vice-Président de l’Université de Nagoya, ce volume de Mélanges publié dans notre pays et dont la plupart des contributions sont éditées en français.

À l’invitation de S. Exc. M. Bertrand Besancenot, ambassadeur de France en Arabie séoudite, le Secrétaire perpétuel de l’Académie Michel ZINK, accompagné du Vice-Président Christian ROBIN, s’est rendu à al-Riyâd du 21 au 26 janvier 2016. Il a participé à la cérémonie organisée à la résidence de France pour présenter les deux forts volumes des Tombeaux nabatéens de Hégra édité par Mme Leila Nehmé dans la collection « Épigraphie et archéologie » de l’Académie. Lors de ce voyage, il s’est rendu sur le site de Madâ’in Sâlih que fouille actuellement une mission franco-séoudienne lauréate, en 2008, du grand prix d’archéologie de la fondation Simone et Cino Del Duca.

Le Bureau de l’Union académique internationale a tenu sa session annuelle à l’Académie, du mercredi 10 au vendredi 12 février 2016, sous la présidence de M. Øivind Andersen, Président norvégien de l’UAI. Notre correspondant Jean-Paul Morel a été nommé à cette occasion directeur du Corpus des Antiquités phéniciennes et puniques.

Le vendredi 3 juin 2016, S.A.R. le Prince Sultân est venu présenter devant l’Académie les principales découvertes archéologiques faites en Arabie séoudite au cours des dernières décennies ainsi que les multiples actions programmées par la Haute Autorité pour le Tourisme et le Patrimoine national qu’il dirige.

Enfin, le 14 novembre, le Secrétaire perpétuel Michel ZINK a signé à Pristina un accord de collaboration scientifique avec l’Académie des Sciences et des Arts du Kosovo.



ÉVÈNEMENTS DIVERS

Le vendredi 27 mai, s’est déroulée la cérémonie au cours de laquelle a été présenté le Rouleau d’Arenberg édité sous le patronage de l’Académie et reproduit en fac-similé par la Société des Bibliophiles françois et la fondation d’Arenberg. Ce manuscrit enluminé, qui date des alentours de 1400, fournit une histoire généalogique de la première Croisade et des États latins d’Orient.

Le 21 juin a été inauguré, dans le cadre des célébrations du 350e anniversaire de l’Académie des Sciences, le cadran solaire de l’après-midi, restitué à son emplacement d’origine, dans la cour d’honneur du palais de l’Institut, côté bibliothèque Mazarine. L’Académie, renouant avec l’une de ses missions originelles, a fourni à la demande du Chancelier Gabriel de BROGLIE une devise qui court sur le cadran du matin et sur celui de l’après-midi. Cette devise, due à notre confrère Pierre LAURENS, est la suivante : sur le cadran du matin, moment d’éveil spirituel, NOCTE PVLSA REFVLGENS MENTIBVS, « Chassant la nuit et illuminant les esprits »… et sur le cadran de l’après-midi, SOL MATVRAT FRVCTVS MINERVAE, « le soleil mûrit les fruits de Minerve », c’est-à-dire les travaux de l’esprit.



PUBLICATIONS

Cette année, l’Académie a publié 6 fascicules des Comptes rendus des séances de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, deux pour 2014, quatre pour 2015, 2 volumes du Journal des savants ainsi que le tome 94 des Monuments Piot.

12 volumes de la Carte archéologique de la Gaule, que dirige M. Michel Provost, ont été réédités cette année. Le succès de cette collection, qui compte actuellement 134 titres, ne se démentit pas puisque l’Académie a été sollicitée pour sa numérisation et sa mise en ligne sur le portail des revues en sciences humaines et sociales Persée.

Un nouveau volume consacré à la région de Nihm en Arabie est paru en 2016 dans la collection de l’Inventaire des inscriptions sudarabiques.

La collection de l’Histoire littéraire de la France s’est enrichie, de son côté, d’un nouveau volume intitulé : Ségurant ou le Chevalier au Dragon : roman arthurien inédit (XIIIe-XVe siècle) ; celle du Recueil des Historiens de la France a accueilli, pour sa part, une édition du Nécrologe du chapitre cathédral Sainte-Marie et Saint-Castor d’Apt.

Enfin, 8 volumes d’actes de colloques ont paru :

  • Heinrich Denifle (1844-1905). Un savant dominicain entre Graz, Rome et Paris, publié avec le concours des archevêchés de Munich et de Vienne et de l’évêché de Graz ;
  • Voir et concevoir la couleur en Asie, actes du colloque organisé en 2013 avec la Société asiatique et l’Institut national des Langues et Civilisations orientales ;
  • L’Histoire en mutation : l’École nationale des Chartes aujourd’hui et demain, actes du colloque organisé en novembre 2015 avec l’École des Chartes ;
  • L’anglo-normand : spécificités culturelles d’une langue, actes des IVe Journées d’études anglo-normandes dédiées à la mémoire du regretté André CRÉPIN ;
  • L’alimentation de l’Afrique du Nord. De la préhistoire au Moyen Âge, actes de la VIIe journée d’études nord-africaines organisée en 2014 avec la Société d’Études du Maghreb préhistorique, antique et médiéval ;
  • Les projets franco-croates et les savants français qui se sont illustrés dans la recherche et la valorisation du patrimoine croate, actes du colloque organisé en 2015 avec l’Académie croate des Sciences et des Arts et la collaboration de l’Université catholique de Croatie ;
  • La Grèce dans les profondeurs de l’Asie, actes du XXVIe colloque de la Villa Kérylos.
  • Enfin, Tempus et tempestas, actes du colloque organisé en 2014 avec la Société asiatique et l’Institut national des Langues et Civilisations orientales.



CONCLUSION

Si, en conclusion de cet exposé, on envisage toutes les activités de l’Académie, les notes d’information et les communications faites au cours d’une trentaine de séances au moins dans l’année, les comptes rendus de livres offerts en hommage, les rapports lus en commission pour l’attribution des prix, les liens entretenus avec de nombreux organismes de recherche français et étrangers, le rôle éminent de nos associés et correspondants étrangers, l’accueil dans nos locaux de manifestations savantes qui souhaitent y héberger leurs travaux, il convient de reconnaître que l’Académie des Inscriptions et Belles Lettres est en France l’une des institutions, sinon l’institution la mieux informée de tout ce qui se fait d’important dans le monde de la science en histoire, en archéologie et en langue depuis la préhistoire jusqu’au XVIIe siècle.



imprimer


Site réalisé avec SPIP 2.1.10 + AHUNTSIC