Accueil du site > Prix et Fondations > Fondations > Fondation Christiane et Jean Guilaine > Prix 2020

Lauréat du Prix Christiane et Jean Guilaine 2020

Le prix Christiane et Jean Guilaine 2020 a été décerné à M. Alasdair Whittle pour ses travaux de recherche et de synthèse portant sur le Néolithique européen, et en particulier pour sa contribution fondamentale à l’établissement de chronologies plus précises, à une meilleure analyse des temporalités et à une osmose revendiquée entre archéologie, histoire et anthropologie.

Le Professeur Alasdair Whittle consacre depuis près de 50 ans l’ensemble de ses travaux au Néolithique européen, une période dans l’étude de laquelle il s’est lancé dès l’époque de son doctorat qu’il a commencé au début des années 1970. Il a accompli, à partir de 1978, la plus grande partie de sa carrière au sein de l’Université de Cardiff, où il a professé de 1997 à son départ à la retraite à la fin de 2017, et qui l’a distingué en lui conférant le titre de Distinguished Research Professor. Il a été élu membre de la British Academy en 1998. Aujourd’hui, il demeure une personnalité scientifique particulièrement active dans son champ de recherche.

Les questions relatives aux débuts du Néolithique du Sud de l’Angleterre et à ses origines continentales, mais aussi à l’implantation du Néolithique à travers l’Europe, à l’examen desquelles sa thèse de doctorat était consacrée, ont longtemps alimenté sa réflexion. A la suite de premières fouilles effectuées dans les îles Shetland et le Cambridgeshire, grâce auxquelles il est possible de mieux comprendre l’implantation du Néolithique dans ces territoires, le Professeur Alasdair Whittle a conduit une enquête minutieuse sur la zone d’Avebury dans le but de cerner les progrès du phénomène de monumentalité propre au Néolithique qui s’y est manifesté, ainsi que le contexte de sa diffusion. Il en a résulté plusieurs monographies fondamentales portant, entre autres, sur les sites de Windmill Hill, West Kennet et Silbury Hill. Le Professeur Alasdair Whittle a ensuite fouillé Ecsegfalva, un site de la culture de Körös remontant au début du Néolithique qui est localisé dans la Grande plaine hongroise, et a effectué des recherches en Bavière sur les premiers gisements de la culture à céramique rubanée. Il est l’auteur de deux synthèses majeures sur le Néolithique en Europe (publiées respectivement en 1985 et 1996 sous les titres : Neolithic Europe : a survey et Europe in the Neolithic : the creation of new worlds), il a également participé à l’organisation de congrès internationaux sur diverses thématiques européennes ayant tenu leur assises à Cardiff, et a mené une étude capitale sur les modes de vie de la culture rubanée en Europe centrale dont les résultats ont été réunis en 2013 dans un livre intitulé : The First Farmers of Central Europe : diversity in LBK lifeways. Pendant près de vingt ans, il a voué ses efforts à la détermination de chronologies plus précises réalisées sur la base de datations au radiocarbone analysées selon la méthode statistique bayésienne. Au point de départ de cette entreprise se place une étude des tumulus allongés du Sud de la Grande-Bretagne accomplie avec Alex Bayliss (cf. « Histories of the dead : Building chronologies for five southern British long barrows », Cambridge Archaeological Journal 17/1, 2007) qui, en s’élargissant, lui a permis de mettre en chantier, en collaboration avec Alex Bayliss et Frances Healy, des travaux fondamentaux sur les premières enceintes à fossés interrompus du Sud du Royaume-Uni et de l’Irlande (dont les résultats ont été publié en 2011 dans Gathering Time : Dating the Early Neolithic Enclosures of Southern Britain and Ireland), puis, de s’atteler, grâce à un financement de l’ERC, à la réalisation du projet « The Times of Their Lives » qu’il a co-dirigé de 2012 à 2017 avec Alex Bayliss en vue de produire des récits plus précis sur la vie des peuples néolithiques à la lumière de l’examen de toute une série de sites européens et de leurs contextes.

Fig. 1. Alasdair Whittle posant devant le mégalithe de Pentre Ifan (Pays de Galles), 2003.

Fig. 2. Interprétation de l’enceinte néolithique du site de Windmill Hill.

Fig. 3. Quelques membres de l’équipe travaillant sur le projet « The Times of Their Lives ».

Fig. 4. Le site d’ Ecsegfalva (Hongrie).

Quelques publications fondamentales du lauréat :



imprimer


Site réalisé avec SPIP 2.1.10 + AHUNTSIC