Accueil du site > Séances et Manifestations > Les séances du vendredi > Séances 2018 > Juin 2018

Séance du 29 juin 2018

– Note d’information de Mme Éléonore Cellard, chercheuse au Collège de France , sous le patronage de M. François DÉROCHE : « Un nouveau témoignage sur la fixation du canon coranique dans les débuts de l’islam : le manuscrit Ṣan’ā’ DaM 01-29.1 ».

Résumé :Pour la communauté scientifique, l’histoire de l’élaboration du Coran demeure pleine d’incertitudes et de zones d’ombre. Dans quelles conditions s’est constituée la Vulgate ? Quand et comment est-on parvenu à la fixation définitive du texte ? Ces questions sont aujourd’hui au cœur d’une réflexion savante à laquelle contribue l’étude des manuscrits coraniques.

Dans ce débat, la mise au jour de nouveaux matériaux et leur étude progressive modifient sensiblement notre vision de l’histoire du Coran. Jusque dans les années 1980, nous pensions que les manuscrits, y compris les plus anciens, reflétaient un texte d’ores et déjà standardisé, et ne pouvaient, en conséquence, nous renseigner sur l’élaboration du texte coranique. Depuis ces dernières décennies, l’étude de quelques fragments anciens, découverts dans la grande mosquée de Ṣan‘ā’, nous invite à reconsidérer notre appréciation sur la fixation du texte coranique. L’un des témoins les plus significatifs est un palimpseste dissimulant une version du Coran sensiblement différente du canon coranique. En raison de son caractère exceptionnel, la nature et la fonction d’un tel document restent difficile à saisir.

La présente note d’information concerne un autre fragment de Ṣan‘ā’, le DaM 01-29.1, qui pourrait permettre de faire le lien entre le palimpseste et notre histoire de la transmission manuscrite, et éclairer ainsi un peu plus l’histoire de la fixation du canon coranique.

– Communication de M. Yan Greub, directeur adjoint de l’ATILF à l’Université de Lorraine/CNRS/Nancy, sous le patronage de M. Robert MARTIN : « Critique du texte et histoire de la tradition : une nouvelle édition de l’Ovide moralisé ».

Résumé : L’Ovide moralisé est une adaptation française des Métamorphoses d’Ovide écrite probablement au début du XIVe siècle et conservée par une vingtaine de manuscrits et fragments des XIVe et XVe siècles ; le texte contient, outre les traductions des récits ovidiens, des interprétations de leur signification. Une équipe internationale d’une quinzaine de personnes en prépare actuellement une nouvelle édition. L’exposé présentera les options qu’elle a choisies, en particulier celle d’une visée reconstructive, et non conservatrice, et les moyens mis en œuvre. Les éditeurs tentent de rendre compte à la fois de la réalité du texte et de celle des manuscrits ; mais plus encore, nous nous intéressons aux rapports entre les deux, c’est-à-dire aux lignes reliant les différents moments de la tradition, autant qu’à ces moments eux-mêmes. A la description de la réalité du témoin nous tentons d’ajouter celle de sa différence spécifique.

Notre édition tend ainsi à devenir une histoire de la diffusion et de la lecture d’un texte, qui sont des faits d’une histoire culturelle dont nous sommes donc amenés à écrire de brefs fragments. On présentera les choix de l’annotation, qui doit lier l’identification des sources et l’histoire de leur lecture au Moyen Âge, le texte édité ayant été aussi lu pour l’accès qu’il donnait à la mythologie antique. On insistera sur les contradictions et les apories apparentes que nos options ont entraînées lors de l’élaboration des deux premiers volumes, actuellement sous presse.

Une attention particulière a été apportée à l’étude du lexique ; certains choix techniques et méthodiques, ainsi que quelques résultats, seront rapidement exposés.

Mots clés : Ovide moralisé, philologie, édition de texte, ancien français.

Abstract : The Ovide moralisé is a French adaptation of Ovid’s Metamorphoses, probably composed in the early 14th century and now extant in twenty manuscripts and fragments dating from the 14th and 15th centuries ; in addition to translations of the Ovidian narratives, the text offers interpretations of their signification. A new critical edition of the text is currently being prepared by an international team of fifteen scholars. This presentation will explain the editorial principles that guide the team, in particular the decision to adopt a reconstructive approach, rather than a conservative one, and the means for attaining that goal. The editors attempt to account for both the text of the work and that of the individual witnesses ; moreover, close attention is paid not only to attested stages in the transmission of the work, but also to the relationship between them, to the lines of descent that connect them. We aim thereby to define the specificity of each witness, in addition to reporting its textual variants. Our edition thus tends to become a history of the diffusion of the work and the ways it was read, and therefore offers a modest contribution to cultural history. I will examine the task of annotating the work, and the necessity of linking the identification of sources with the history of how they were understood in the Middle Ages, since the work was also read as a source of information on ancient mythology. I will highlight the apparent contradictions and aporia generated by our decisions in the elaboration of the first two volumes, which are currently in press. Particular attention will be paid to examination of the text’s vocabulary ; some technical and methodological questions will be discussed, as well as some preliminary results.

Keywords  : Ovide moralisé, philology, critical editing, Old French.



imprimer


Site réalisé avec SPIP 2.1.10 + AHUNTSIC