Accueil du site > Séances et Manifestations > Les séances du vendredi > Séances 2018 > Janvier 2018

Séance du 19 janvier

Communication de M. Brent Seales et Mme Christy Chapman, sous le patronage du Secrétaire perpétuel Michel ZINK : « La restauration numérique des rouleaux carbonisé d’Ein Gedi et d’Herculanum : succès, promesses et défis ».

Résumé : Depuis plus de deux sicles sont conservés à la bibliothèque de l’Institut de France six énigmatiques rouleau, toujours impénétrables, qui proviennent de l’unique collection antique de papyrus découverte in situ (Herculanum). Ces documents, d’une fragilité extrême au point que leur simple manipulation pourrait leur causer des dommages irréversibles, comptent parmi les plus ardus à déchiffrer au monde. M. Brent Seales et Mme Christy Chapman ont commencé leur collaboration avec l’Institut de France il y a plus de dix ans quand le Professeur Daniel Delattre et son collègue Laurent Capron ont rejoint leur équipe de recherche. Dès le début, ils ont enregistrés des progrès importants, révélant pour la première fois que l’encre d’Herculanum contenait des traces de plomb. En outre, ce sont eux qui ont effectué les premiers scans microtomographiques du P.hercParis 3 et du P.hercParis 4 grâce auxquels ont été dévoilées les premières vues jamais prises de la structure interne de ces papyri. Malheureusement, ces premières découvertes, si prometteuses, n’ont pu à l’époque être menées plus loin, notamment du fait du défi technique posé par les matériaux constitutifs de ces rouleaux. Depuis lors, l’équipe à l’Université du Kentucky a développé, à l’issue de dix années de recherches, une méthode permettant la restauration numérique de tout type de textes endommagés. Ainsi, en 2015, pour la première fois au monde, le texte complet d’un rouleau jbrûlé et carbonisé a été déchiffré en utilisant le logiciel de déroulage virtuel mis au point par ses soins. Ce logiciel été développé en allant au-delà des variations simples de la microtomographie et en intégrant l’apprentissage automatique, créant ainsi une lentille de balayage prenant en compte l’historique des données. Cette percée technologique offre la possibilité de relever le défi de la lecture des manuscrits endommagés, en permettant de dérouler virtuellement, et par conséquent de manière non-invasive, des parchemins et de lire les textes qu’ils emprisonnaient jusqu’alors. L’équipe à l’Université du Kentucky est donc désormais techniquement prête à reprendre l’étude des papyri d’Herculanum selon une approche interdisciplinaire associant différents chercheurs et institutions. Au cours de leur communication, M. Brent Seales et Mme Christy Chapman donneront également à l’Académie la primeur de résultats inédits résultant de leurs travaux, et principalement de leur dernière technologie informatique mise au point en vue de restaurer le matériel historique d’une valeur inestimable que constituent les papyri d’Herculanum.



imprimer


Site réalisé avec SPIP 2.1.10 + AHUNTSIC