Accueil du site > Séances et Manifestations > Les séances du vendredi > Séances 2012 > Mars 2012

Séance du 2 mars 2012

Communication de M. André Rousseau, sous le patronage de MM. Bernard POTTIER et André CRÉPIN : « Quelques aspects de la société des anciens Germains d’après le témoignage du vocabulaire gotique ».

Cet exposé a nécessité une réflexion méthodologique sur les données du ‘corpus’. Le vocabulaire gotique interpelle directement le spécialiste : Wulfila, même s’il a fabriqué un alphabet, n’a pas inventé avec ses collaborateurs une langue nouvelle, car il leur fallait être compris directement par le peuple goth, utilisant une langue proche de celle de tous les jours. Les traducteurs ont eu à ‘policer’ cette langue pour l’écrit, lui donner un souffle biblique, et forger quelques néologismes pour rendre les notions bibliques ou pour s’adapter aux réalités de Rome et de la Palestine. Chaque mot aurait pu soulever une discussion pour déterminer son son coefficient de crédibilité. Ce vocabulaire de 3.300 lemmes a alimenté cinq chapitres reflétant les domaines essentiels de la société, guidés par les descriptions de Jordanès, de Tacite et d’Ammien Marcellin :
1) l’organisation politique et sociale distingue entre les rois (ex nobilitate) et les chefs de guerre (ex virtute) et précise les rôles au sein du kuni ‘clan’.
2) l’organisation familiale met en lumière deux fonctions, heiwafrauja ‘chef de famille’ (devoirs d’hospitalité) et gardawaldands ‘maître de maison’ (autorité sur tous ses subordonnés).
3) l’organisation militaire, très hiérarchisée, démontre un lien de fidélité réciproque entre supérieur et inférieur (aiþs).
4) le vocabulaire religieux révèle que la religion païenne procédait à des sacrifices (blōtan ‘vénérer’ ; sauþs ‘sacrifice’) et que le mot ‘sort’ (hlauts) fait penser au paganisme.
5) population et habitat : le baurgs ‘ville’ est le lieu du résidence du reiks ‘chef’ et alentour se trouvent ‘villages et bourgs’ (haimōs jah weihsa) ; la justice fonctionne autour du got þeihs ‘tribunal’.
La conclusion évoque un examen linguistique des termes rencontrés, selon différents types :
1) mots simples ou ayant l’apparence ;
2) nominalisations (d’adjectifs ou d’infinitifs) ;
3) mots composés (hiérarchiques ou égalitaires) ;
4) dérivés de complexes (complexe verbal ou groupe prépositionnel) ;
5) verbes préverbés.

Mots-clés : Goths - gotique – lexique – société – antiquité

Communication de M. Jean-Charles Moretti, sous le patronage d’Olivier PICARD : « Le développement architectural de l’Artémision de Délos ».

Écouter
IMG/mp3/aibl_02_09_2012_moretti_comm.mp3

Artémis était honorée à Délos dans plusieurs sanctuaires, dont le plus important et le plus ancien se trouve à l’angle nord-ouest du hiéron d’Apollon. Le premier temple connu consacré à la déesse date de l’époque archaïque. Cet édifice, qui était sans doute prostyle avec une colonnade en bois, a la même orientation que les constructions mycéniennes qu’il recouvre. La question d’une éventuelle continuité du culte entre l’Helladique Récent III B et le VIIe s. a donc été envisagée, d’autant que l’édification du temple s’est accompagnée d’un dépôt d’objets précieux, dont plusieurs pièces ont été produites à l’époque mycénienne. Le sanctuaire archaïque, dans lequel ont été consacrées de nombreuses korai en marbre, comprenait, outre le temple, un grand autel à antes de type cycladique et le tombeau des vierges hyperboréennes Hyperokè et Laodikè. Les comptes et les inventaires réalisés par les gestionnaires de la fortune sacrée permettent de savoir que c’est dans ce temple qu’étaient conservées au IVe s. les offrandes les plus anciennes, les plus précieuses et les plus nombreuses du sanctuaire délien et qu’à partir de 269, au moins, les Déliens indépendants y entreposèrent les jarres contenant la caisse sacrée d’Apollon. Un nouveau temple fut mis en chantier dans les dernières décennies de l’Indépendance, vers 179. Ses murs furent construits autour de ceux de son prédécesseur, qui fut conservé intact durant le début des travaux. Une étude en voie d’achèvement a conduit à une nouvelle restitution de la configuration de cet édifice de type prostyle, hexastyle, ionique. Dans la seconde moitié du IIe s. av. J.-C., il fut associé à un portique coudé, lui aussi d’ordre ionique.

Mots-clés : Délos, Artémis, temple, architecture grecque, histoire des religions.



imprimer


Site réalisé avec SPIP 2.1.10 + AHUNTSIC