Accueil du site > Séances et Manifestations > Les séances du vendredi > Séances 2012 > Mai 2012

Séance du 25 mai 2012


Communication de MM. Denis KNOEPFLER, associé étranger de l’Académie, et Guy Ackermann, assistant à l’Université de Lausanne : « Phulè Admètis : un nouveau document sur les institutions et les cultes de l’Érétriade découvert dans les fouilles de l’École suisse d’Archéologie en Grèce ».

Écouter
IMG/mp3/aibl_25_05_2012_knoepfler_ackermann_comm.mp3

Sur le site de la ville d’Érétrie en Eubée, exploré depuis 1964 par l’École suisse d’archéologie en Grèce, la fouille en cours d’un établissement thermal d’époque impériale romaine a livré, dans l’été 2011, quatre fragments jointifs d’une stèle inscrite remontant au début du IIIe siècle avant J.-C. Il s’agit de la moitié supérieure d’une liste de souscripteurs qui ont tous versé le même montant en vue, probablement, de la réfection d’un sanctuaire. L’importance du document tient au fait que cette souscription est organisée dans le cadre de l’une des (six) phulai ou tribus de la cité, avec la mention de diverses magistratures. Or, le nom de cette unité politique était inconnu jusqu’ici : c’est la tribu d’Admètos, phulè Admètis. Mais l’intérêt de l’inscription est encore sensiblement accru par le fait que les souscripteurs se trouvent rangés par dèmes, c’est-à-dire par villages. Les noms de six de ces dèmes se lisent sur la pierre : Kômaieis, Kotulaion, Lakè, Orôpos, Smithous, Histiaia. Au vu de la documentation épigraphique, ces six dèmes constituaient - avec une demi-douzaine d’autres mentionnés à coup sûr dans la partie manquante de la liste (ainsi Tamynai, Boudion, Péraia) - une unité politique de caractère non géographique. On voit donc désormais que cet ensemble n’était autre que la tribu Admétide. D’autre part, le géographe Strabon atteste que le héros Admète, quoique d’origine thessalienne, était honoré dans le territoire même d’Érétrie en tant que fondateur du sanctuaire d’Apollon à Tamynai, dème de l’Admétide, précisément. C’est donc dans cette région de l’Erétriade, près du bourg médiéval et moderne d’Avlonari, qu’il faut chercher la « patrie » de l’Admète eubéen. Dès lors, il paraît clair que chacune des tribus était rattachée à un grand sanctuaire de la ville ou du territoire. On ne peut plus douter, en particulier, que la Narkittide, ou tribu de Narcisse l’Érétrien - récemment mise en lumière - n’ait eu pour centre, elle, l’Artémision d’Amarynthos, objet aujourd’hui de toute l’attention de l’École suisse et de l’Ephorie grecque.


Communication de M. Paolo MATTHIAE, associé étranger de l’Académie : « L’archéologie du culte : les ancêtres royaux dans la documentation archéologique d’Ébla et les témoignages textuels d’Ougarit ».

Écouter
IMG/mp3/aibl_25_05_2012_matthiae_comm.mp3


imprimer


Site réalisé avec SPIP 2.1.10 + AHUNTSIC