Accueil du site > Séances et Manifestations > Les séances du vendredi > Séances 2011 > Mars 2011

Séance du 11 mars 2011

Communication de M. Pierre Gros, correspondant de l’Académie : « Le « forum impérial » d’Hadrien sur le Champ de Mars ».

Écouter
IMG/mp3/seance_aibl_11_03_2011_gros_comm.mp3

Les diverses synthèses publiées au cours de ces dernières décennies sur la personne et l’action d’Hadrien n’ont pas manqué pour la plupart de faire une grande place aux constructions dont il fut le promoteur. Son goût avéré pour l’architecture, le soin qu’il est censé avoir lui-même apporté à l’ordonnance de plusieurs monuments, indépendamment de sa fameuse villa tiburtine, ne cessent de solliciter l’attention des archéologues et des historiens qui, à juste titre, considèrent que l’examen de son œuvre de bâtisseur constitue l’un des moyens d’accéder à la pensée du souverain philhellène et de mieux comprendre sa conception du pouvoir. C’est aussi la raison pour laquelle d’importants travaux sont périodiquement consacrés aux édifices construits, restaurés ou achevés à l’instigation de cet empereur à Rome, Athènes ou Pergame, l’identification récente du site de l’Olympiéion d’Éphèse ayant de surcroît contribué à relancer le débat sur l’idée très singulière qu’il se faisait du culte impérial. En dépit ou à cause de l’ampleur de ces recherches, qui suscitent autant de questions nouvelles que de découvertes ponctuelles, plusieurs dossiers restent ouverts ; elles présentent en effet presque toutes un aspect monographique puisqu’elles traitent en général d’un seul monument plus ou moins isolé de son contexte – les innombrables études sur l’architecture et la fonction du Panthéon sont souvent de ce point de vue exemplaires – ou, dans le meilleur des cas, examinent les constructions qui lui sont imputables dans une même ville, comme le livre de M. Taliaferro Boatwright pour Rome, celui de D. Willers pour Athènes ou celui de S. Schondorfer pour les grandes cités d’Asie Mineure, mais, sauf exception, sans tenter d’établir une relation entre ces différents pôles de l’Empire qui furent tout au long de son règne l’objet de la sollicitude d’Hadrien, ni même de définir pour les grands ensembles qui furent réalisés sur chacun de ces sites leur signification urbanistique et symbolique. Il nous a donc semblé nécessaire de reprendre l’analyse de l’un de ces complexes dans une perspective programmatique, en tenant compte à la fois de la volonté d’unifier les diversités ethniques et culturelles de l’imperium romanum sous l’égide de l’hellénisme qui fut la grande pensée du règne, et de celle, plus politique mais non moins prégnante, de rompre avec son prédécesseur immédiat Trajan pour renouer avec la tradition augustéenne. Ce complexe est celui de la partie centrale du Champ de Mars de Rome, sur laquelle les résultats des dernières investigations archéologiques permettent de poser en termes partiellement renouvelés le problème de la cohérence globale d’un projet plus vaste et plus précis, nous semble-t-il, qu’on ne l’a jusqu’ici admis.



imprimer


Site réalisé avec SPIP 2.1.10 + AHUNTSIC