Accueil du site > Séances et Manifestations > Les séances du vendredi > Séances 2011 > Mai 2011

Séance du 20 mai 2011

Note d’information de M. Guillaume Charloux, ingénieur de recherche au CNRS et M. Romolo Loreto, chercheur à l’Université de Naples sous le patronage de M. Christian ROBIN : « Dûmat al-Jandal (Arabie saoudite), premières explorations de l’oasis antique par la Mission archéologique italo-franco-saoudienne »

Écouter
IMG/mp3/aibl_20_05_2011_charloux_loreto.mp3

Créée en 2009, la Mission archéologique de Dûmat al-Jandal a pour vocation l’étude des occupations islamiques et préislamiques de cette magnifique oasis située à l’extrémité septentrionale du désert du Nafoûd en Arabie Saoudite. Les résultats obtenus lors des deux premières campagnes de fouilles et de prospection ont, d’ores et déjà, mis en lumière une part du grand potentiel archéologique de ce site maintes fois mentionné dans les sources classiques et arabes médiévales.

Communication de M. Philippe Collombert, professeur à l’Université de Genève, sous le patronage de M. Jean LECLANT : « Découvertes récentes de la Mission archéologique française à Saqqâra (campagnes 2007-2011) ».

Écouter
IMG/mp3/aibl_20_05_2011_collombert.mp3

Poursuivant ses travaux de dégagement systématique de la nécropole qui ceinture la pyramide de Pépy Ier, la Mission archéologique française de Saqqâra (MafS) a mis au jour les vestiges du complexe funéraire d’une reine Béhénou, inconnue jusqu’à présent. Les travaux récents à l’intérieur de la pyramide ont permis de parvenir jusque dans la chambre funéraire, dont les parois étaient initialement couvertes de Textes des Pyramides ; il s’agit de la onzième pyramide à textes découverte jusqu’à présent. Comme toutes les structures de la nécropole, la pyramide a fait l’objet d’un démontage systématique par les carriers des époques tardives. Cependant, la relativement bonne préservation des murs en place dans l’appartement funéraire, associée à la récolte de milliers de fragments des parois, a cependant déjà permis la reconstitution d’une très grande partie de la décoration initiale.
Dans la documentation textuelle actuellement accessible, la reine Béhénou porte le titre d’ « épouse du roi » ; elle est par ailleurs « aimé de Pépy ». Les éléments recueillis jusqu’à présent ne permettent pas de dater absolument cette reine ; plusieurs indices tendent cependant à montrer qu’elle intervient tardivement dans la chronologie des reines de la VIedynastie et qu’elle pourrait être une épouse du roi Pépy II.
La poursuite de la fouille du temple funéraire de la reine devrait notamment permettre de préciser sa place dans l’histoire de la VIe dynastie.

Mots clés : Reines, Ancien Empire, Saqqâra, Behenou, Pépi Ier



imprimer


Site réalisé avec SPIP 2.1.10 + AHUNTSIC