Accueil du site > Séances et Manifestations > Les séances du vendredi > Séances 2010 > Mars 2010

Séance du 26 mars 2010


Note d’information de M. Carlo De Simone, sous le patronage de M. Robert TURCAN : « Une nouvelle inscription tyrrhénienne de Lemnos ».

Écouter
IMG/mp3/aibl_26_03_2011_simone_comm.mp3


Communication de M. Piero Boitani, sous le patronage de M. André CRÉPIN : « Dante et l’Antiquité ».

Écouter
IMG/mp3/aibl_26_03_2011_boitani_comm.mp3

Ernst Robert Curtius soutenait que « la conception de la Comédie repose sur la rencontre spirituelle de Dante avec Virgile ». Pourtant, on va commencer ici par examiner la relation de Dante avec Virgile comme elle se déploie dans le poème de son début : c’est-à-dire à la lumière de l’amour du poète italien pour le latin mais aussi de sa condamnation des « dèi falsi e bugiardi » sous lesquels Virgile a vécu. L’existence des Limbes, le thème du salut des païens, la construction même de l’Au-delà dans la Comédie témoignent le formidable syncrétisme de Dante. On va l’analyser à partir de la fin du Banquet et en touchant le problème de la bibliothèque du poète, c’est-à-dire des manuscrits qu’il possédait (peut-être) et des œuvres qu’il connaissait (peut-être). Mais c’est le texte même de la Comédie qui, aux moments critiques – les rencontres avec Ulysse et Beatrice, la vision de Dieu – preuve que Dante a essayé de fondre dans sa poésie les images de l’Antiquité classique et de la tradition chrétienne.



imprimer


Site réalisé avec SPIP 2.1.10 + AHUNTSIC