Accueil du site > Séances et Manifestations > Les séances du vendredi > Séances 2010 > Juin 2010

Séance du 18 juin 2010

De g à d : Paul-Hubert Poirier, T. S. Schmidt
De g à d : Paul-Hubert Poirier, T. S. Schmidt


Communication de MM. Paul-Hubert Poirier, correspondant étranger de l’Académie, et Thomas S. Schmidt, professeur à l’Université de Fribourg (Suisse), sous le patronage de M. Jean-Pierre MAHÉ : « Chrétiens, hérétiques et gnostiques chez Porphyre. Quelques remarques sur la Vita Plotini 16,1-9 ».

Écouter
IMG/mp3/aibl_18_06_2010_schmidt_poirier_comm.mp3

La polémique antignostique a sans contredit occupé une place de toute première importance dans l’histoire intellectuelle des IIe et IIIe siècles de notre ère. Mais la lutte contre les courants gnostiques ne demeura pas un phénomène interne à l’Église. La remise en cause par les gnostiques de l’éternité et de l’harmonie du cosmos, pour ne mentionner que ce point, n’allait pas manquer de susciter la réaction des philosophes. Il reviendra à Plotin d’opposer aux gnostiques, qui fréquentaient son école à Rome, une véritable réfutation philosophique, notamment dans le traité II,9 [33] des Ennéades, intitulé Contre les gnostiques. Le disciple, biographe et éditeur de Plotin, Porphyre, nous a laissé, au chapitre 16 de sa Vie de Plotin, de précieux renseignements sur la polémique antignostique entretenue par Plotin pendant une bonne partie de son activité d’enseignement et dont témoignent, outre le traité 33, plusieurs de ses écrits. Témoignage unique sur la propagande gnostique, ces lignes de Porphyre ont fait l’objet de nombreux commentaires, mais l’unanimité est loin d’être acquise quant à leur interprétation. Cette communication se propose d’aborder deux questions : d’une part, la difficulté posée par la traduction du début du chapitre 16 et, d’autre part, le contexte dans lequel il convient de lire l’ensemble de ce chapitre.



imprimer


Site réalisé avec SPIP 2.1.10 + AHUNTSIC