Accueil du site > Séances et Manifestations > Les séances du vendredi > Séances 2009 > Avril 2009

Séance du 24 avril 2009

Communication de Mme Michèle Bimbenet-Privat, conservateur au Musée de la Renaissance au château d’Ecouen, sous le patronage de M. Yves-Marie BERCÉ : « L’orfèvre et graveur Etienne Delaune (1518/19-1583) : questions et hypothèses ».

Écouter
IMG/mp3/aibl_24_04_2009_bimbenet-privat_comm.mp3

À l’occasion de la préparation au Musée national de la Renaissance d’une exposition consacrée à l’orfèvre et graveur Etienne Delaune (1518-1583), notre communication présente un bilan des connaissances relatives à la vie de cet artiste réformé, expatrié à Strasbourg et Augsbourg de 1572 à 1580, dont la biographie présente encore de nombreuses zones d’ombre.
À l’aide d’exemples, elle aborde les questions suscitées par l’importante œuvre graphique de Delaune, dont l’attribution est aujourd’hui communément contestée. Elle met l’accent sur l’importance fondamentale de la formation d’orfèvre et de l’activité de médailleur de Delaune dans la définition de son style et le déroulement de sa carrière.
Elle s’efforce de cerner les fonctions respectives de ses œuvres graphiques, strictement partagées entre gravures signées et dessins anonymes. Pour l’orfèvre qu’était Delaune, les dessins constituent d’indispensables étapes entre l’invention et la réalisation et s’inscrivent dans le contexte de l’activité artistique et non dans celui de la diffusion commerciale. Au contraire, les gravures de Delaune, pour lesquelles les impératifs de création sont secondaires et où l’intervention du graveur se borne à un exercice de réduction ou de recomposition de l’image, sont une activité d’abord lucrative. Leur publication est encouragée par l’attente d’un public d’artisans avides de reproduire ou d’interpréter les œuvres célèbres des artistes de l’École de Fontainebleau.
Inventeur, Delaune le fut, mais sans doute moins des compositions narratives que des formes, moins des images que de leurs adéquations aux arts décoratifs, moins des figures que des ornements. Il fut un agenceur de génie, équilibré, subtil et harmonieux.



imprimer


Site réalisé avec SPIP 2.1.10 + AHUNTSIC