Accueil du site > Publications > Périodiques > Journal des Savants > Journal des Savants de l’année 2014

Journal des Savants : janvier-juin 2014

Journal des Savants : janvier-juin 2014

248 p., 18 ill., janvier-juin 2014
Abonnement annuel (deux fascicules) : 80 €.

 

[Commander]

 

 

Sommaire et résumés

 

« La stèle des Géléontes au sanctuaire de Claros. La souscription et les acquisitions immobilières d’une subdivision civique de Colophon », par Denis Rousset.

Parmi les nombreux monuments inscrits découverts depuis plus d’un siècle au sanctuaire de Claros sur le territoire de Colophon, une magnifique stèle, exhumée en 1995 dans les fouilles dirigées par Mme J. de La Genière, porte la plus longue inscription complète jusqu’à présent trouvée sur le territoire de la cité ionienne. Disposé autour d’un cheval cabré sculpté en léger relief, cet ensemble compte six actes différents, répartis sur 195 lignes, dont deux textes gravés en lettres minuscules, fort difficiles à déchiffrer. Ces actes, datant de ca 200 av. J.-C., rendent compte de l’acquisition de domaines et de propriétés rurales, à la faveur de deux achats et d’un don, au profit de la communauté des Géléontes : environ 246 d’entre eux y contribuèrent en versant leurs écots individuels, dont la liste est une des plus complètes parmi les souscriptions publiques grecques. L’étude de ces actes, qui amène à revisiter l’histoire politique et numismatique des Colophoniens, partagés entre Colophon l’Ancienne et Colophon-sur-Mer, apporte une contribution importante à la connaissance de leur onomastique et de leurs institutions : les Géléontes y formaient une subdivision politique, vraisemblablement un génos.

« Vies parallèles : Philippe V d’après Polybe et d’après ses propres écrits », par Miltiade B. HATZOPOULOS, associé étranger de l’Académie.

Il y a encore quelques décennies, presque toutes nos informations sur Philippe V et sur son règne en Macédoine (221-179 av. J.-C.) dérivaient, directement ou indirectement, de l’oeuvre de l’historien achéen Polybe. Le roi y était décrit comme un homme initialement doué de toutes les qualités, mais qui avait subi un changement radical, était devenu un tyran sanguinaire et par ses crimes avait permis à la déesse Fortune de faire de Rome la maîtresse du monde hellénistique. Récemment, la découverte et la publication d’une série de lettres et décrets royaux ont fait apparaître Philippe V comme un grand roi qui eut le malheur de se heurter à l’expansionnisme romain. Polybe, en revanche, apparaît comme un historien partisan, attaché à justifier les choix politiques de sa patrie et de ses patrons romains.

« Chanter la douceur de la prière. De quelques aspects méconnus du vocabulaire technique de la poésie mystique persane », par Mohammad Ali Amir-Moezzi.

La poésie mystique de langue persane à l’âge classique (grosso modo du xe au xve siècle de l’ère chrétienne) est caractérisée, entre autres, par l’extrême richesse de ses vocabulaires symboliques : lexiques de l’érotisme, de la beauté de la nature et de l’être humain, de l’ivresse, de l’immoralité et de la débauche… Le phénomène a été abondamment étudié par les spécialistes. Le présent examen ne concerne pas ces technicités mais une autre : une couche sémantique particulière, demeurée plutôt méconnue, cachée sous ces mêmes lexiques et ayant rapport avec les pratiques ascétiques et les exercices spirituels. La tâche n’est pasaisée : d’une part ces pratiques, souvent considérées comme secrètes, sont nombreuses et peu connues. D’autre part, les indications textuelles les concernant sont, dans la quasi-totalité des cas, des allusions furtives éparses dans l’énorme corpus de la littérature mystique médiévale en poésie et en prose.

Pour se procurer ce périodique :
Librairie De Boccard, 4 rue de Lanneau 75005 Paris
Tél. 01 43 26 00 37 ; Fax : 01 43 54 85 83
Site : http://www.deboccard.com
Courriel : info@deboccard.com


imprimer


Site réalisé avec SPIP 2.1.10 + AHUNTSIC