Accueil du site > Publications > Collections > Recueil des historiens de la France. Documents (...)

Tome II. Comptes du Trésor (1296, 1316, 1384, 1477)


Par R. FAWTIER.

LXXII-330 pages
Date de parution : 1930
Prix : 55 €





Introduction (extrait)
L’histoire du Trésor Royal a été résumée en ces termes par le colonel Borrelli de Serres :

« Dans les premières années du règne de Philippe le Bel la garde et la gestion du Trésor se voient encore, comme depuis plus d’un siècle, confiées aux trésoriers du Temple, exécutant sous le contrôle d’un Clerc les ordres transmis au nom du roi par des conseillers plus spécialement occupés de l’administration financière, et rendant leurs comptes à des commissions périodiques de révision. Un tel Trésorier ne pouvait procéder qu’en qualité de banquier, prenant en charge les recettes, effectuant les dépenses, mais ne s’entremettant nullement dans cette administration. Le développement du service a contraint à y employer des agents fonctionnant uniquement pour le roi et ne dépendant que de lui ; mais le mode de gestion en compte courant et par suite le système de double comptabilité, intérieure et royale, ont été maintenus. Après un intérim par deux lombards en 1295, trois Trésoriers ont ainsi, à partir de janvier, géré le Trésor, déjà transféré au Louvre, assistés chacun d’un clerc, leurs opérations étant constatées par un Clerc du roi et effectuées par un Changeur. Dans le même temps le service du contrôle par les membres de la Chambre aux deniers, puis des comptes, tendait à devenir permanent. En juillet 1303… le Trésor a été remis au Temple mais sous la surveillance de Trésoriers du roi, non comptables. Ceux-ci étaient tout placés pour prendre les fonctions et la responsabilité pécuniaire après la suppression de l’ordre ; le Trésor, sans quitter le Temple, a reçu la même organisation qu’il avait eue au Louvre. Mais alors, pour le service considérablement étendu et de plus en plus compliqué, s’est imposée à la gestion, à l’administration et même au contrôle la nécessité de l’unité de vues, qui manquait au conseil, d’une direction personnelle et mieux suivie. Une réforme en ce sens a été préparée peu à peu par la force des choses. Un favori du roi s’est trouvé pour se saisir de ce pouvoir… Après lui, sous une haute direction maintenue en des conditions plus rationnelles, le Trésor, de nouveau unifié et réinstallé au Louvre, a repris un fonctionnement normal… jusqu’au règne de Philippe VI et même jusqu’au moment où l’établissement des aides permanentes bouleversera l’organisation financière. »


La comptabilité du Trésor a subi l’influence de cette origine et de cette histoire. C’est au premier chef la comptabilité d’une banque. Elle s’est élaborée au courant du XIIIe siècle dans des circonstances obscures ; au début du XIVe siècle elle est définitivement constituée et demeurera telle quelle jusqu’en 1420. Pendant cette période elle s’établit sur les livres suivants : le Journal, l’Ordinaire, le Livre du Changeur, la Recette commune, la Dépense commune, l’Extrait et le Compte.

Table des matières
LE COMPTE DU ROI AU TRÉSOR DE 1226 À 1477
COMPTE DU TRÉSOR DU LOUVRE A LA TOUSSAINT 1296
COMPTE DU TRÉSOR. SAINT-JEAN 1316
COMPTE DU TRÉSOR. NOËL 1384
COMPTE DU TRÉSOR. NOËL 1477
APPENDICE. FRAGMENT DU COMPTE DU TRÉSOR DE LA NOËL 1316
ADDITIONS ET CORRECTIONS
INDEX ALPHABÉTIQUE


Pour se procurer cet ouvrage :
Librairie De Boccard, 4 rue de Lanneau 75005 Paris
Tél. 01 43 26 00 37 ; Fax : 01 43 54 85 83
Site : www.deboccard.com
Courriel : info@deboccard.com


imprimer


Site réalisé avec SPIP 2.1.10 + AHUNTSIC