Accueil du site > Publications > Collections > Carte archéologique de la Gaule > Normandie

Carte archéologique de la Gaule 50 : La Manche

J. Pilet-Lemière et D. Levalet

136 pages, 60 figures.
Date de parution : 1989.
Prix : 18,29 €.






Présentation
Historique de la recherche L’étude du territoire des Unelles et des Abrincates a intéressé les archéologues locaux. Dès la fin du 17e siècle, l’intendant Nicolas Foucault forme la première équipe archéologique à Valognes sur le site du théâtre avec près de 200 ouvriers. Le créateur d’une école d’hydrographie à Caen effectue aussi des premiers travaux à Coutances. d’après Toustain de Billy. Ses observations sont reprises par Montfaucon et Caylus. Mais c’est de la Restauration que date le premier essor de l’archéologie locale. Des érudits en botanique, en histoire, en géographie ou en agriculture, comme A. Asselin et F. Duchevreuil, s’intéressent aux antiquités. La plupart des trouvailles eurent lieu d’ailleurs sur le territoire des châteaux (Tamerville, Valognes, Sottevast, Yvetot-Bocage, Montanel. Lestre, Saintre-Croix-Hague, Clitourps. etc … ). Charles Duhérissier de Gerville est le plus important d’entre eux. Ancien émigré, botaniste, il utilise au maximum ses correspondants locaux pour rassembler les informations, comme Dubosc, archiviste de la Manche et P. Lefülastre, propriétaire à Saint-Martin-le-Hébert. Il mobilise les élèves du collège de Valognes pour s’informer dans la campagne et pour lui copier des lettres. Il contacte les géomètres du cadastre. Un exemple de son efficacité : il fait vérifier sur le terrain un tronçon de 30 kilomètres de voie entre Cherbourg et Coutances. Il note sur des plans cadastraux les informations toponymiques, les noms des propriétaires, etc… Il n’est pas étonnant dès lors qu’il exerçe une influence importante sur A. de Caumont, l’un des fondateurs de l’archéologie française. La Société des Antiquaires de Normandie, créée en 1824, est le résultat de cette génération de chercheurs, même si leur recherche se fait dans une région limitée : A. Asselin autour de Cherbourg, Houêl et Dubosc autour de Saint-Lô, Pontaumont dans la région de Sainte-Mère-Eglise et dans la Hague, Le Héricher à Avranches, J.-M. Renault dans l’arrondissement de Coutances, Delalande à Valognes, Lebrédonchel à Néhou. Par contre, ce département n’a pas connu au Second Empire l’essor archéologique que l’on constate sur le reste du territoire français, sauf dans les zones urbaines (Coutances, Cherbourg, Avranches). Depuis cettepériode,J.-M. Renault, L. Quenault, Ch. Renault, A. Voisin, Doranlo n’ont fait que reprendre les indications de leurs prédécesseurs. La léthargie archéologique du département de la Manche du XIXe s. est-elle terminée ? Les fouilles de Lepesant à Coutances, celles de Levalet à Avranches et celles de J. Pilet-Lemière dans l’arrondissement de Cherbourg, soutenues par des sociétés locales, ne doivent pas faire illusion.

Table des matières

Avant-propos
Bibliographie
Introduction
Répertoire
Appendice épigraphique

Indices
  • Index des lieux-dits et hameaux
  • Index des cantons
  • Index des communes
  • Index des figures

Cartes

  • Carte des cantons
  • Carte des communes
Pour se procurer cet ouvrage : LCDPU - 18 rue Robert-Schuman - CS 90003 - 94227 Charenton-le-Pont Cedex Tél :(0033-1) 53 48 56 30 / Fax :(0033-1) 53 48 20 95 Site : http://www.lcdpu.fr/livre/?GCOI=270...www.lcdpu.fr


imprimer


Site réalisé avec SPIP 2.1.10 + AHUNTSIC