Accueil du site > Publications > Collections > Carte archéologique de la Gaule > Grand Est

Carte archéologique de la Gaule 52-2 : Langres

M. Joly

188 pages, 189 figures.
Date de parution : 2001.
Prix : 22,87 €.






Présentation
Les Lingons comptèrent au nombre des peuples les plus importants de la Gaule. Ils aidèrent puissamment César dans sa conquête, et si le proconsul ne s’attarda pas sur l’assistance qu’ils lui fournirent, ce fut pour ne pas diminuer ses propres mérites. Dans la guerre civile qui suivit la mort de Néron, ils s’illustrèrent grâce à leur chef, Sabinus, et sans doute encore davantage grâce à l’épouse de ce personnage, l’admirable Epponine. Ils sont enfin très connus des historiens auxquels ils ont laissé un document célèbre, le Testament du Lingon, et la plus importante collection d’inscriptions disponible entre Lyon et le Rhin. Langres (Andemantunnum) fut une des plus grandes villes de la Gaule, et une des plus prospères. Sa richesse s’explique par au moins quatre facteurs :
  1. une démographie dynamique mais mal connue ;
  2. un riche terroir (blé, bois, élevage) ;
  3. un artisanat varié ;
  4. une situation exceptionnelle sur un axe majeur, la vallée de la Saône et les routes qui menaient de l’île de Bretagne et de la Germanie vers Lyon et la Méditerranée.

Comme l’agglomération antique est recouverte par des constructions modernes, on ignore où se trouvait le forum (sans doute vers la cathédrale actuelle). Il y avait probablement un théâtre, qui n’a pas été localisé, et le peu qui nous soit connu de l’amphithéâtre et des thermes, c’est à l’épigraphie que nous le devons ; il en va de même pour la plupart des monuments de culte. En revanche, un quartier monumental, donc sans doute officiel, a été dégagé autour de la place des États-Unis, et les découvertes dues au hasard des travaux publics ont permis de mettre au jour de riches habitations. C’est sous Septime Sévère que la ville atteignit son apogée ; l’État romain sut reconnaître son essor en accordant aux Lingons le statut de colonie.
Martine Joly, qui a travaillé à Mirebeau et sur le site de Langres, a su regrouper autour d’elle une équipe.

Table des matières

Remerciements
Préface
Bibliographie


  • I. Le site
    • A - L’implantation hydrologique
    • B - L’implantation géomorphologique
    • C - L’implantation géologique
    • D - Les ressources en eau
  • II. Histoire des recherches archéologiques
    • A - Les érudits et les chercheurs
    • B - La Société Historique et Archéologique de Langres
    • C - Les découvertes archéologiques
  • III. Histoire
    • A - Langres à l’âge du Bronze
    • B - Langres à l’âge du Fer
    • C - Andemantunnum
    • D - Langres au Haut Moyen-Age
  • IV. L’accès à la ville
    • A - La voie Andemantunnum (Langres) - Durocortorum (Reims)
    • B - La voie Andemantunnum (Langres) - Augusta Treverorum (Trèves)
    • C - La voie Andemantunnum (Langres) - Versontio (Besançon) et Andemantunnum-Lugdunum (Lyon)
    • D - La voie Andemantunnum (Langres) - Argentoratum (Strasbourg)
    • E - Voie de Langres au Jura
    • F - Divers
  • V. Urbanisme
    • A - Voirie
    • B - Périmètre urbain
    • C - Alimentation en eau
    • D - Collecteurs et égouts
    • E - Autres conduits
  • VI. Monuments urbains
    • A - Centre monumental
    • B - Édifices de spectacles
    • C - Temples et cultes
    • D - Édifices chrétiens
    • E - Thermes
    • F - Sanctuaires suburbains
  • VII. Habitat
    • A - Quartier résidentiel du Marché Couvert
    • B - Quartier de la Place des Etats-Unis et du Faubourg des Auges
    • C - Autres sites d’habitats urbains
    • D - Quartiers suburbains
    • E - Décors domestiques (éléments isolés)
  • VIII. Artisanat
    • A - Travail du métal
    • B - Travail de la pierre
    • C - Travail de l’os
    • D - Travail de l’argile
  • IX. Nécropoles
    • A - Les nécropoles antiques
    • B - Sépultures de l’Antiquité tardive
    • C - Sépultures mérovingiennes trouvées en dehors des cimetières déjà utilisés à l’époque antique
    • D - Testament du Lingon
  • X. Épigraphie (découvertes isolées ou non localisées)
  • XI. Sculptures, statues et fragments d’architecture
  • XII. Statuettes (découvertes isolées)
    • A - Sigillée italique
    • B - Sigillée gallo-romaine
    • C - Estampilles
  • XIV. Céramique commune (découvertes isolées)
  • XV. Céramique gallo-belge
  • XVI. Amphores (découvertes isolées)
    • A - Formes
    • B -Timbres
  • XVII. Lampes (découvertes isolées)
  • XVIII. Autres objets en terre cuite (découvertes isolées)
    • A - Supports de vases
    • B - Tuiles estampillées
  • XIX. Vaisselle de bronze
  • XX. Verrerie
  • XXI. Monnaies (autres découvertes)
    • A - Monnaies gauloises
    • B - Monnaies romaines
    • C - Trésors et dépôts (sauf ceux découverts en contexte)
    • D - Monnaies mérovingiennes (découvertes isolées)
  • XXII. Objets métalliques (découvertes isolées)
    • A - Harnachement
    • B - Mobilier militaire
    • C - Clefs, serrures
    • D - Divers
    • E - Plomb
  • XXIII. Objets de tabletterie (découvertes isolées)
  • XXIV. Bijoux et glyptique (découvertes isolées)
    • A - Bracelets
    • B - Intailles
  • XXV. Fibules (découvertes isolées)
  • XXVI. Objets en pierre
  • XXVII. Cachet d’oculiste
  • XXVIII. Collections particulières
  • XXIX. Lots de mobilier (découvertes localisées, sans contexte archéologique)

Indices

  • Index alphabétique
  • Index thématique
  • Index des inscriptions
  • Index des sculptures et bas-reliefs recensés par Espérandieu
  • Index des figures
  • Index des rues, lieux-dits et lieux divers
Pour se procurer cet ouvrage : LCDPU - 18 rue Robert-Schuman - CS 90003 - 94227 Charenton-le-Pont Cedex Tél :(0033-1) 53 48 56 30 / Fax :(0033-1) 53 48 20 95 Site : http://www.lcdpu.fr/livre/?GCOI=270...www.lcdpu.fr


imprimer


Site réalisé avec SPIP 2.1.10 + AHUNTSIC