Accueil du site > Prix et Fondations
Prix et Fondations

L’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres joue aussi un rôle d’incitation à la recherche par l’attribution de nombreux prix, conçus par leurs fondateurs non seulement comme une récompense, mais aussi comme une aide destinée à encourager la recherche. Ces récompenses sont attribuées par des Commissions, dont les membres sont annuellement renouvelés. Même si bon nombre d’entre elles ont subi depuis lors le coup de diverses dépréciations monétaires, elles continuent à jouer un rôle appréciable dans le progrès de la science, soit pour le favoriser directement, soit pour donner quelque retentissement dans le monde savant à des travaux d’un réel mérite. Récemment l’ensemble des prix ont vu leur montant réévalué ; en général leur valeur n’est pas inférieure à 1200 €.

Conformément à une réforme du régime de ses prix décidée en 2016, l’Académie décernera chaque année, à compter de 2017, 25 à 27 prix. Ces prix de périodicité annuelle, à deux exceptions près, se répartissent équitablement entre les grands domaines d’études de l’Académie. Six d’entre eux relèvent de l’orientalisme (prix Blanchon, Hirayama, Ghirshman, Leclant, Senart et Maspero) ; cinq concernent l’Antiquité (prix Lancel, Plottel, Ambatielos, Croiset et Perrot) ; cinq le Moyen Âge et les Temps modernes (prix des Antiquités de la France, Gobert, Schlumberger, Lagrange et Duchalais ; six sont destinés aux Divers (Benveniste, Bernheim, Meillet de périodicité quinquennale, Jean-Charles Perrot, Chavée et Loubat, pour sa part triennal) ; enfin les cinq derniers prix seront distribués par alternance entre les grands domaines précités, à savoir les prix Bordin, du Budget, Dusmenil, Lantier et Saintour, étant entendu que les prix par alternance revenant aux études orientalistes seront retenus pour distinguer les études arabes et islamiques. L’on trouvera en bas de page un tableau récapitulatif présentant les prix de l’Aacdémie décernés en 2017.

Conjointement, à ces prix, l’Académie décerne également des médailles, de périodicité variable, ainsi que quelques bourses et subventions, dont on trouvera le détail dans le tableau ci-après pour 2017.

Les deux plus anciennes récompenses créées à l’Académie sont nées de l’initiative de l’État lui-même. Dès la reconstitution de l’Académie par les Consuls en 1803, fut institué le Prix du Budget, qui permet de couronner annuellement une œuvre portant sur une question posée par l’Académie en réponse à une problématique lui paraissant indispensable, tour à tour en ce qui concerne l’un des grands ordres d’étude de l’Académie. Sous la Restauration, en 1820, fut créé à son tour, par le ministère de l’Intérieur qui avait alors la tutelle de l’Académie, un Concours dit des Antiquités de la France afin de favoriser les travaux les plus importants portant sur l’histoire ou l’archéologie de la France. A l’origine, des médailles d’or, d’argent et de bronze étaient effectivement décernées aux lauréats ; remplacées depuis la fin du XIXe siècle par des sommes en espèces maintes fois revalorisées, ces récompenses sont désormais remises sous la forme d’un prix et de deux médailles. Elles sont normalement attribuées en relation avec un autre prix fondé en 1833 par un particulier, le baron Gobert et qui porte également sur l’histoire de France. Le Prix Gobert appelé originellement à être décerné « au travail le plus savant et le plus profond sur l’histoire de la France et les études qui s’y rattachent, et à celui qui s’en rapproche le plus », s’est, tout naturellement étendu peu à peu à l’ensemble de l’Occident médiéval et moderne. Il est le plus souvent attribué à une thèse de doctorat d’État portant sur l’histoire ou l’archéologie qui est tenue pour le meilleur travail de l’année. Le prix des Antiquités de la France récompense lui aussi souvent une excellente thèse de doctorat ; une médaille Gobert et deux médailles des Antiquités de la France vont plutôt à des travaux très méritoires d’érudition sur l’histoire régionale. Les Prix Bordin et Saintour, fondés respectivement en 1835 et 1887, sont attribués alternativement à chacun des ordres d’étude de l’Académie.

Tous d’origine privée, les autres récompenses portent, selon les dispositions arrêtées par leur fondateur, puis confirmées par un décret de la puissance publique, soit sur une période historique déterminée, soit sur une discipline donnée, soit sur une région du monde ou encore sur l’histoire d’une région de France. D’une manière générale, il est possible de répartir ces prix selon les grands domaines d’études et disciplines suivants : Antiquités orientales, Antiquité classique, Moyen Âge et monde byzantin, Inde et Extrême-Orient, Amérique, Histoire de Paris, Histoire de la Lorraine, Histoire de l’art, Numismatique, Bibliographie savante, Linguistique, Mythologie et histoire comparée des religions.

Des fondations anciennes (et aujourd’hui totalement insuffisantes) prévoient des aides en vue de :

  • contribuer à la conservation ou à la restauration de monuments importants non classés comme monuments historiques ;
  • permettre des fouilles archéologiques en divers secteurs ;
  • favoriser les voyages archéologiques en Afrique ou en Asie ;
  • contribuer à la préparation d’une thèse en matière soit d’histoire en général soit, en particulier, d’égyptologie ;
  • encourager la parution de publications savantes ;
  • venir en aide aux chercheurs dans la détresse ;
  • faciliter les diverses actions menées par l’Académie.

En raison du rôle joué par les prix de l’Académie, un appel est lancé présentement pour que des mécènes prennent la relève, avec les moyens appropriés, pour soutenir des prix prestigieux, mais insuffisamment dotés.

En 2007, à l’initiative de donateurs américains, plusieurs prix largement dotés ont été créés pour une période limitée : Prix Joseph P. Carroll pour les études asiatiques en l’honneur du président J. Chirac, Prix Plottel pour les études classiques, Prix Burkhart d’archéologie, Prix Pirasteh pour les études persanes.

Au cours de ces dernières années, d’importantes fondations ont aussi été créées à l’Académie grâce à l’action de généreux donateurs :

Tout acte de candidature pour une récompense de l’Académie doit lui parvenir au plus tard le 6 janvier 2017.

Télécharger le tableau des Prix, Médailles et Subventions 2017

imprimer

ACTUALITES

Séances
Vendredi 9 décembre
Vendredi 9 décembre 2016

Journée d’études AIBL-Société asiatique-INALCO : L’Arbre en Asie
Consulter le programme>>>

Vendredi 16 décembre
Vendredi 16 décembre 2016

Mme Maria Grazia Masetti-Rouault : Recherches à Qasr Shemamok-Kilizu : premiers résultats
Mme Lina Bolzoni : Plaisirs et périls de la lecture à la Renaissance.
Pour en savoir plus >>>

Site réalisé avec SPIP 2.1.10 + AHUNTSIC