Accueil du site > Membres > Activités des membres et correspondants > Année 2012

Mars 2012

M. Pierre GROS, membre de l’Académie, a participé au colloque international organisé par la Columbia University de New York, du 2 au 4 mars 2012, sur le thème : « Archaeology and the city. A Conference on Ancient Rome », avec une communication intitulée : « The Methodological Revolution in the Research on the Topography of Rome ».

M. Laurent Pernot, correspondant de l’AIBL, s’est rendu à Naples, du 5 au 9 mars 2012. Il a prononcé une communication à l’Accademia di Archeologia, Lettere e Belle Arti, sur « I misteri della retorica », et tenu des séminaires à l’Université Federico II et à la Seconda Università de Santa Maria Capua Vetere. Il a également présidé une réunion du groupe napolitain qui collabore à l’édition des œuvres d’Aelius Aristide.

Du 7 au 9 mars 2012, M. Werner PARAVICINI, associé étranger de l’AIBL, a donné, dans l’ancien monastère de Drübeck/Harz, une conférence intitulée : « Colonna et Orsini. Les origines imaginaires de la noblesse européenne à la fin du Moyen Âge ». Le 16 mars, il a présidé à Greifswald une section du colloque « Contrats de succession parmi les princes. Comparaisons européennes (1300-1650) ».

M. Agostino PARAVICINI BAGLIANI, associé étranger de l’AIBL, a présidé des séances du Workshop « Medieval Cultures on the Web. Interoperability Through Text and Manuscript Databases » qui s’est tenu à Florence, les 7-9 mars 2012, dans le cadre des activités du programme COST Medioevo europeo.

Le 9 mars, M. Jacques Dalarun, correspondant de l’AIBL, a donné un exposé sur la « Résilience de la mémoire. Le procès de canonisation de Claire d’Assise et ses marges » dans le colloque Edizioni e traduzioni. Un bilancio a 35 anni da una fortunata iniziativa. II. Chiara d’Assisi e le Fonti clariane, qui s’est tenue au Pontifico Ateneo Antonianum à Rome.

M. Franciscus VERELLEN, directeur de l’École française d’ExtrêmeOrient (EFEO) et membre de l’AIBL, a participé, le 9 mars 2012, au colloque « Chinese Renaissance in Europe » à la British Academy.

M. Jean-Paul Morel, correspondant de l’AIBL, a effectué du 12 au 23 mars 2012 une campagne de recherches sur la colline de Byrsa à Carthage.

M. Jean-Pierre BABELON, membre de l’AIBL, président de la fondation Jacquemart-André et conservateur de l’abbaye de Chaalis, a présidé, le 13 mars 2012, à la fondation Del Duca, une conférence de presse pour la présentation des manifestations organisées en l’honneur de JeanJacques Rousseau (300e anniversaire de sa naissance) dans le département de l’Oise, en étroite collaboration avec le Conseil général de l’Oise, propriétaire du Parc Jean-Jacques Rousseau à Ermenonville.

Le 13 mars 2012, M. Pierre Briant, correspondant de l’AIBL, a prononcé la « David Magie Lecture » à l’Université américaine de Princeton sur le sujet suivant : « History and Historiography of Alexander the Great in the long XVIIIth Century : A Forgotten Legacy ».

Les 15-17 mars 2012, M. Agostino PARAVICINI BAGLIANI, associé étranger de l’AIBL, a présenté les conclusions du colloque « Parfums et odeurs » qui s’est tenu à Louvain-la-Neuve et à Leuven, dans le cadre des colloques de la revue Micrologus (SISMEL).

M. Werner PARAVICINI, associé étranger de l’Académie, a présidé une section du colloque « Fürstliche Erbeinungen und Erbverbrüderungen im europäischen Vergleich (1300-1650) », le 16 mars 2012, à Greifswald.

M. Jacques Verger, correspondant de l’Académie, a participé, le 16 mars 2012, à la journée d’études organisée par le Centre d’Études supérieures de la Renaissance (Tours) sur le thème : « Renaissance et modernité : la Renaissance, les renaissances », où il a présenté un exposé intitulé : « La Renaissance du XIIe siècle ».

Le 20 mars 2012 s’est déroulée à Chantilly la cérémonie de remise officielle de la donation Robert et François Grouvel. Étaient présents le général Jérôme Millet, administrateur de Chantilly, qui a donné lecture d’un message du chancelier Gabriel de BROGLIE, M. Henri LAVAGNE, membre de l’AIBL, qui est à l’origine de cette donation, M. Olivier Bosc, conservateur en chef de la Bibliothèque du musée Condé et des archives de Chantilly, ainsi que les principaux membres de la famille des donateurs. Le fonds Grouvel, qui s’étend sur 18 m linéaires, rassemble une documentation inestimable sur les armées des Princes (les futurs Louis XVIII et Charles X) et l’armée de Condé qui combattirent les armées révolutionnaires et impériales de 1791 à 1806 ; il ne pouvait trouver une meilleure place qu’au château de Chantilly où les derniers Princes de Condé (Louis Henri Joseph de Bourbon Condé et son fils, lui-même père du duc d’Enghien) ont laissé leurs archives personnelles concernant l’époque révolutionnaire, l’Empire et la période de la Monarchie restaurée. Au cours de la cérémonie, M. Henri LAVAGNE a pris la parole pour exposer les différents aspects du fonds Grouvel et montré comment des études sociologiques, des recherches sur l’histoire des mentalités et des travaux sur l’histoire militaire, trouveront dans cette donation une très riche matière pour compléter notre connaissance de cette période encore mal connue. Mme Fr. Grouvel et plusieurs membres de la famille ont également évoqué la personnalité de R. Grouvel (décédé en 1965) et son fils Fr. Grouvel (décédé en 2011).

M. Jean-Pierre SODINI, membre de l’AIBL, a donné, le 21 mars 2012, une conférence au musée de l’Université américaine de Beyrouth sur « Les églises byzantines de Syrie et de Phénicie ».

M. Jean-François JARRIGE, membre de l’Académie, à l’invitation de l’Institut français de Bulgarie, a participé, le 21 mars 2012, en tant que secrétaire de la commission des fouilles, au colloque organisé au musée national d’Archéologie pour célébrer 120 années d’archéologie francobulgare. Les différents responsables des missions archéologiques franco-bulgares étaient présents ainsi que de nombreux personnalités officielles dont le ministre bulgare de l’Éducation, de la Jeunesse et des Sciences, M. Serguei Ignatov et, du côté français, S. Exc. M. Philippe Autié, ambassadeur de France à Sofia, Mme Hélène Duchêne, directrice des politiques de mobilité et d’attractivité au ministère des Affaires étrangères et européennes, et M. Jean-Michel Kasbarian, responsable du pôle sciences humaines, sociales et archéologie dans le même ministère. Dans l’après-midi précédant le colloque, une plaque en marbre à la mémoire d’André GRABAR (1896-AIBL 19551990), a été dévoilée, à l’initiative de la mairie de Sofia, dans l’allée conduisant à l’église de Boyana. Cette plaque gravée en trois langues (français, bulgare et anglais), rappelle la carrière du grand byzantiniste, et notamment son appartenance à l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, ainsi que le rôle éminent qu’il a joué pour la connaissance et la préservation de ce joyau de l’art bulgare, aujourd’hui classé au patri- moine mondial. Michel Grabar, petit-fils d’André GRABAR, représentait sa famille à cette manifestation. Avant de conclure son allocution, l’Ambassadeur Philippe Autié a cité Gilbert DAGRON, membre de l’Académie : « décloisonner fut chez (André Grabar) un souci constant pour mettre l’art chrétien en rapport avec l’art impérial, l’Orient avec l’Occident, l’Orthodoxie byzantine ou post-byzantine avec le Moyen Âge latin, le judaïsme et l’islam » avant de souligner que : « honorer sa mémoire et le donner en exemple aux générations futures quelques jours après le drame qui a endeuillé la France et révolté le monde, c’est aussi rappeler que c’est grâce au travail d’hommes et de femmes comme lui que les fanatismes de toutes sortes et leur cortège de violence reculeront ». Le 22 mars, en compagnie de Mme Hélène Duchêne, M. JeanFrançois JARRIGE a participé à une émission de télévision sur la chaîne nationale, puis il a été reçu à l’Académie des Sciences de Bulgarie. L’après-midi, il a participé, avec M. Jean-Michel Kasbarian, à une rencontre avec les étudiants de l’Université de Sofia. Cette mission a été aussi l’occasion pour Jean-François JARRIGE de visiter les fouilles d’Apollonia pontique à Sozopol sur la mer Noire, dirigées du côté français par Alexandre Baralis.

Les deuxièmes Rencontres de la Galerie Colbert (24 mars 2012) ayant eu pour thème « Autour du Narcisse de Caravage - reflet d’un mythe », l’Institut National d’Histoire de l’Art (INHA) a organisé divers ateliers et trois tables rondes, dont l’une était consacrée à la présentation de La Patrie de Narcisse, essai publié en 2010 chez Odile Jacob par M. Denis KNOEPFLER, associé étranger de l’Académie, professeur au Collège de France. L’auteur a ainsi pu montrer, par le biais d’un entretien avec le professeur François Queyrel, directeur d’étude à l’EPHE, section des sciences historiques et philologiques, et d’une discussion avec le public, quelle a été la genèse de cette enquête archéologique et épigraphique sur les origines les plus lointaines de la figure de Narcisse, divinité de l’île d’Eubée.



imprimer


Site réalisé avec SPIP 2.1.10 + AHUNTSIC