Accueil du site > Fouilles archéologiques > Labels archéologie 2018 & 2019

Programme « ADRIBOATS. Navires et navigation en Adriatique orientale dans l’Antiquité » (Croatie)

La mission archéologique, initiée en 2007 et lauréate du Label archéologie 2016-2017 (http://www.aibl.fr/fouilles-archeologiques/labels-archeologie-2017/article/programme-caska-croatie-giulia), s’attache à l’étude des vestiges des navires ayant sillonné à l’époque antique les côtes de l’Adriatique orientale et la rivière Kupa, une voie d’eau intérieure géographiquement et historiquement ouverte sur ce proche espace maritime. L’analyse des caractéristiques architecturales, techniques et fonctionnelles des bateaux étudiés a déjà permis de mettre en évidence la vitalité des traditions locales de construction, dont certaines remontent à l’époque préromaine, et d’en suivre les évolutions et les transformations à l’époque impériale. Rappelons, à ce propos que, l’épave de Zambratija de la fin du XIIe-fin du Xe siècles av. J.-C., découverte en Istrie est, à ce jour, le plus ancien exemple de bateau entièrement cousu de Méditerranée. Cette épave exceptionnelle a apporté la preuve archéologique d’une tradition de construction navale autochtone fortement localisée qui perdurera durant plusieurs siècles.

Compte tenu de la richesse du patrimoine immergé et de la localisation des épaves étudiées, la mission collabore avec divers partenaires institutionnels croates : l’Université de Zadar / Sveučilište u Zadru (épaves de Pakoštane et Caska), le musée archéologique de l’Istrie / Arheološki muzej Istre (épaves de Zambratija, Pula et Debeljak) et l’Institut de Conservation croate / Hrvatski restauratorski zavod (épaves de Kamensko et Paržin).

Les objectifs fixés pour 2018-2019 concernent à la fois la valorisation et la publication des fouilles anciennes (Zambratija, Caska et Pakoštane), la poursuite des recherches à Debeljak et Kamensko et le développement d’un nouveau programme de fouilles sous-marines dans l’île de Ilovak, archipel du Kvarner.

L’épave de Debeljak, objet d’une première campagne de fouille en 2017, gît à faible profondeur (- 4 m) dans la crique homonyme située sur le versant oriental de la péninsule de Premantura, à l’extrémité la plus méridionale de l’Istrie. La petite baie se trouve à l’intérieur du parc naturel du cap Kamenjak. Compte tenu de la datation qui place la construction du navire entre la fin du IVe siècle et le début du Ve siècle ap. J.-C., cette épave est très intéressante car elle pourrait nous renseigner sur une période cruciale dans la construction navale méditerranéenne. Celle-ci correspond, en effet, au passage d’une construction « longitudinale sur bordé premier », dans laquelle les formes sont déterminées par la mise en place des virures du bordé et où la membrure n’a qu’un rôle secondaire du point de vue structural, à une construction « transversale sur membrure première » dans laquelle, au contraire, les formes sont déterminées par la mise en place des membrures suivie par le pose du revêtement constitué par les virures. Bien qu’à Debeljak les assemblages à « tenons et mortaises » semblent encore garantir la cohésion interne de la structure de l’embarcation qui ne dépend pas de la charpente transversale, la poursuite des recherches pourrait mettre en évidence des procédés de construction mixtes et relancer la question de la transition entre les deux principes et méthodes de construction dans l’espace adriatique.

La poursuite de la fouille du chaland avec chargement de briques de la rivière Kupa, à Kamensko, nous permettra de mieux cerner une nouvelle tradition de construction navale du bassin hydrographique danubien. Celle-ci présente des agrafes métalliques au niveau des liaisons entre les bordés. Elle semble avoir été utilisée à la même époque que la technique par ligature bien attestée dans l’espace maritime adriatique orientale et dont cinq exemples allant de l’âge du Bronze à l’époque impériale romaine ont été étudiés dans le cadre de la mission (épaves Zambratija, Caska et Pula).

Enfin, dans la baie de Paržin (île de Ilovak, archipel du Kvarner), la mission débutera une nouvelle fouille sous-marine sur une épave du IIIe siècle av. J.-C. qui, malgré la faible profondeur, semble très bien conservée. Cette fouille, menée en collaboration avec le l’Institut de Conservation croate / Hrvatski restauratorski zavod et le musée de l’Apoxyomène / Muzej Apoksiomena de Mali Lošinj, fait partie des activités labélisées « Année européenne du patrimoine culturel - 2018 / Europska godina kulturne baštine – 2018. » par le Ministère de la Culture croate.

Giulia Boetto, Chargée de recherche au CNRS Aix Marseille Université, CNRS, CCJ, Aix en Provence, France boetto@mmsh.univ-aix.fr


Lien complémentaire :

Légendes des illustrations :

  • Fig. 1 : Observations et mesures sur l’épave de l’Antiquité tardive de Debeljak, cap Kamenjak, Premantura (cliché Loïc Damelet, Aix Marseille Univ, CNRS, CCJ).
  • Fig. 2 : Prélèvements pour analyse du matériel végétal couvrant le bordé de l’épave de Debeljak (cliché Loïc Damelet, Aix Marseille Univ, CNRS, CCJ).
  • Fig. 3 : Préparation pour la documentation photographique de l’épave du chaland de Kamensko. On note le chargement de briques et les virures du fond maintenues par les agrafes métalliques (cliché Loïc Damelet, Aix Marseille Univ, CNRS, CCJ).

Pour en savoir plus :

  • G. Boetto, « Recherches d’archéologie navale en Adriatique orientale », Comptes Rendus des Séances de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, fasc.novembre-décembre 2016, p. 1401-1422.
  • G. Boetto, I. Koncani Uhač, M. Uhač, « Navires de l’âge du Bronze à l’époque romaine en Istrie », in Ports et Navires dans l’Antiquité et à l’époque byzantine, P. Pomey éd., Dossiers d’Archéologie n° 364, 2014, p. 22-25.
  • G. Boetto, I. Koncani Uhač, M. Uhač, « Sewn ships from Istria (Croatia) : the shipwrecks of Zambratija and Pula », in Baltic and Beyond, Change and Continuity in shipbuilding, J. Litwin éd., Proceedings of the 14th International Symposium on Boat and Ship Archaeology (Gdańsk, 2015), Gdańsk, 2017, p. 189-198.
  • G. Boetto, I. Radić Rossi, « Au large de la Dalmatie. Nouvelles recherches d’archéologie navale »,in Ports et Navires dans l’Antiquité et à l’époque byzantine, P. Pomey éd., Dossiers d’Archéologie n° 364, 2014, p. 52-55.
  • G. Boetto, I. Radić Rossi, « Ancient Ships from the Bay of Caska (Island of Pag, Croatia) », in Baltic and Beyond, Change and Continuity in shipbuilding, J. Litwin éd., Proceedings of the 14th International Symposium on Boat and Ship Archaeology (Gdańsk, 2015), Gdańsk, 2017, p. 279-288.
  • G.Boetto, C. Rousse, « Le chaland de Lipe (Ljubljana, Slovénie) et la tradition de construciton « sur sole » de l’Europe sud-orientale : quelles influences méditerranéennes ? », in Batellerie Gallo-romaine. Pratiques régionales et influences maritimes méditerranéennes, G. Boetto, P. Pomey et A. Tchernia éds, BiAMA 9, Paris, Aix-en-Provence, 2011, p. 179-191.
  • G.Boetto, C. Rousse,« Traditions régionales d’architecture navale en Adriatique à l’époque romaine », Histria Antiqua 21, 2012, p. 427-441.


imprimer


Site réalisé avec SPIP 2.1.10 + AHUNTSIC