Accueil du site > Fouilles archéologiques

Programme « Caska » (Croatie) : Giulia Boetto


C’est à partir de 2007 avec la fouille de l’épave de l’Antiquité tardive de Pakoštane ([http://archeonavale-croatie.blogspo…;;http://archeonavale-croatie.blogspot.fr]) qu’une équipe du Centre Camille Jullian a entrepris, dans le cadre du programme d’archéologie navale, des recherches archéologiques sous-marines en Croatie en collaboration avec diverses institutions locales. Dès 2010, la mission a reçu le soutien du Ministère des Affaires étrangères et du Développement international (MAEDI) et de l’Ambassade de France à Zagreb à l’occasion de deux programmes quadriennaux dont le deuxième est actuellement en cours ([https://www.ambafrance-hr.org/Coope…;;https://www.ambafrance-hr.org/Coope…]).

En mai-juin 2016, les activités de recherche seront centrées sur deux sites côtiers : Caska, sur l’île de Pag en Dalmatie septentrionale, et Debeljak près de Premantura, au sud de Pula dans la baie de Medulin. Ce dernier site donnera lieu à la première campagne de fouille sur une épave d’époque romaine récemment découverte, en collaboration avec Ida Koncani Uhač, du Musée archéologique d’Istrie, et Marko Uhač, du Département pour la protection du patrimoine culturel du Ministère de la Culture de la république de Croatie.

A Caska, en revanche, nous poursuivrons les fouilles sous-marines en collaboration avec Irena Radić Rossi de l’Université de Zadar ([http://ccj.cnrs.fr/spip.php?article…;;http://ccj.cnrs.fr/spip.php?article1353]). A coté de l’étude d’une impressionnante structure portuaire dont les fondations sont constituées d’enclos réalisés avec des troncs de chêne vert remplis de blocs et entourés d’alignements de pieux, nous continuerons l’étude de l’épave de Caska 2 dont la coque fut remployée dans une jetée ([http://ccj.cnrs.fr/spip.php?article…;;http://ccj.cnrs.fr/spip.php?article1209] ; [http://www.cnrs.fr/inshs/recherche/…;;http://www.cnrs.fr/inshs/recherche/…]).

Ce bateau à voile, qui conserve le foyer de bord à poste fixe, se caractérise par un bordé assemblé par des tenons chevillés dans des mortaises selon la technique d’assemblage la plus utilisée durant l’Antiquité en Méditerranée. Il fera l’objet de prélèvements dendrochronologiques afin de mieux appréhender sa datation et son origine en relation, notamment, avec les deux autres épaves découvertes à Caska, Caska 1 et 3 qui appartiennent, en revanche, à la tradition des bateaux cousus romains de l’Adriatique orientale ([http://www.cnrs.fr/inshs/recherche/…;;http://www.cnrs.fr/inshs/recherche/…] ; [http://www.cnrs.fr/fr/pdf/jdc/260/#…;;http://www.cnrs.fr/fr/pdf/jdc/260/#/14/]). Pour les études dendrologiques et dendrochronologiques nous bénéficieront de l’apport d’Alba Ferreira Dominguez, allocataire de recherche d’Aix Marseille Université en partenariat avec l’École française de Rome, et de Frédéric Guibal, chercheur à l’Institut Méditerranéen de la Biodiversité et d’Écologie marine et continentale (UMR 7263-IRD 237, AMU, CNRS, Avignon Université).

La fouille de l’épave du chaland chargé de briques de Kamensko ([http://www.cnrs.fr/inshs/recherche/…;;http://www.cnrs.fr/inshs/recherche/…]) qui gît dans la rivière Kupa près de Karlovac fera également l’objet d’une courte campagne à la fin de l’été grâce, entre autre, au soutien du Master d’Excellence de la Fondation *Amidex d’Aix Marseille Université « MoMArch - Master d’archéologie Maritime et Côtière » ([http://momarch.hypotheses.org-&…;;http://momarch.hypotheses.org]). L’étude programmée de ce chaland nous permettra de mieux cerner une nouvelle tradition de construction navale continentale qui présente des agrafes métalliques au niveau des liaisons entre les bordés et qui semble avoir été utilisé à la même époque que la technique par ligature.

Enfin, une exposition centrée sur l’épave de Zambratija est programmée pour le mois de septembre 2016 au Musée archéologique d’Istrie à Pula. Cette épave exceptionnelle, datée de l’âge du Bronze (XIIe s. av. J.-C.) est le plus ancien exemple de bateau entièrement cousu de Méditerranée et sa découverte a permis de remonter à l’origine de la tradition de bateaux cousus romains de l’Adriatique orientale en apportant la preuve archéologique d’une tradition de construction navale autochtone fortement localisée qui perdurera durant plusieurs siècles. ([http://www.cnrs.fr/inshs/Lettres-in…;;http://www.cnrs.fr/inshs/Lettres-in…] ; [http://archeo.blog.lemonde.fr/2014/…;;http://archeo.blog.lemonde.fr/2014/…] ; [http://www.inrap.fr/decouverte-d-un…;;http://www.inrap.fr/decouverte-d-un…]).

 

Giulia Boetto, Chargée de recherche au CNRS
Centre Camille Jullian (UMR 7299)
Aix Marseille Université, CNRS, MCC, Inrap
Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme, Aix en Provence, France
boetto@mmsh.univ-aix.fr
 


Lien complémentaire

  • La [Commission consultative des recherches archéologiques à l’étranger->http://www.diplomatie.gouv.fr/fr/po…] du ministère des Affaires étrangères et du Développement international.

Légende des figures

  • Fig. 1 : La zone des recherches sous-marines à Caska sur l’île de Pag. En arrière plan, la tour de guet des thons du XIXe siècle qui marque le paysage maritime de la baie (cliché Philippe Groscaux, CCJ, Cissantiqua 2014).
  • Fig. 2 : Observations et mesures sur l’épave d’époque romaine Caska 2 (cliché Teddy Seguin, CCJ, Cissantiqua 2015).
  • Fig. 3 : Orthophoto de l’épave Caska 2 au terme de la campagne 2015 (clichés Teddy Seguin, réalisation Vincent Dumas, CCJ, Cissantiqua 2015).


imprimer


Site réalisé avec SPIP 2.1.10 + AHUNTSIC